citrus anime end card

Citrus, le yuri que l’on attendait enfin ?

S’il y a bien un genre d’anime qui se fait discret depuis pas mal d’années, c’est bien le yuri. En effet, il faut remonter en 2015 avec Yuri Kuma Arashi pour avoir un anime yuri sérieux. Parce que la plupart du temps, c’est un élément secondaire utilisé dans les tranches de vie ou les comédies. Comme en vrac, Yuru Yuri ou encore New Game.  Histoire de créer de la tension et garder les spectateurs devant leurs écrans (bande de coquins). Mais en 2017, deux adaptations de yuri devait changer tout ça. Netsuzou TRap, qui était très mauvais et Citrus dont on va parler.

[thrive_2step id=’2232′]

Citrus est un manga écrit et dessiné par Saburouta en 2012. Il est édité sous nos contrées par Taifu et compte 7 tomes publiés. L’anime a été confié au studio Passione. Qui a réalisé pas grand chose: Rail Wars, Hinako Note et Rokka no Yuusha.

L’histoire nous raconte la vie de Yuzu, une lycéenne qui compte bien prendre en main sa situation amoureuse. Sauf qu’elle se fait transférée dans une école pour filles (zut). Et super stricte, en plus. Du coup, quand Yuzu débarque avec son look de gyaru (blonde, tenue débraillé et remplie d’accessoires), elle se fait épinglée par Mei, la présidente du conseil des élèves. Ne se supportant pas toutes les deux, elles devront cohabiter ensemble suite au remariage de leurs parents. Elles vont apprendre à se connaître et s’apprécier. Beaucoup s’apprécier.

Info personnel, je suis un grand fan de yuri. Parce que je suis un énorme pervers et que j’aime sa dimension affective. Comparé à son pendant masculin, il a moins cette image de sexe dégueulasse: c’est plus axé sur ce que ressent les personnages. De plus, je suis le manga, dont je ne vais pas faire la comparaison ici. Du fait qu’il y a une pause d’un an entre 2 tomes, j’ai eu le temps d’oublier. Donc, qu’est-ce que j’en ai pensé de l’anime de Citrus ? Et bien, meh.

Un yuri classique

 

Ce qui m’a le plus dérangé, c’est le fait que la relation entre les deux filles soient sexualisée à mort. Dès l’opening, on te montre les deux en train de se rouler une grosse pelle. Tout le long de l’anime, on te montre des scènes où elles sont nues ou s’embrassent. Alors j’exagère beaucoup puisqu’il y en a peu au final. Mais elles sont tellement forcées : elles interviennent subitement et n’apporte pas grand chose à l’histoire. Surtout que 90 % d’entre elles sont des trucs à la limite de l’agression sexuelle. Baiser forcé, déshabillage non consenti.  

anime citrus mei kisses teacher

De coup, ça gâche complètement les scènes romantiques. Elles s’embrassent mais on ne ressent plus rien. Puisqu’on s’est habitué à ce qu’elles le fassent n’importe quand et pour n’importe quoi. Car l’anime banalise ce genre de relation. 

Le fait que cela se déroule dans une école pour filles, que cela soit normal dans l’établissement et que personne n’ait rien à redire à propos de ça. L’environnement est propice à ce que notre couple vive pleinement leur relation. Ce que notre société devrait faire mais qui, dans Citrus, flingue tous ses enjeux. Dans une romance (même dans toutes les histoires), il est capital d’avoir des obstacles pour que nous donner envie de voir la suite. Ici, ils ne sont pas inexistants mais sont tellement mal exploités. L’inceste entre Yuzu et Mei tombe dans l’OSEF le plus total. Alors que c’est loin d’être banal et accepté. Pourquoi ? Parce que l’homosexualité n’a jamais été un thème que Citrus voulait aborder. Les filles sont homosexuelles et ta gueule, c’est comme ça.

La romance est mauvaise

 

Encore, ça ne m’aurait pas dérangé tant que ça: j’aurais considéré ça comme normal entre personne qui s’aiment. Mais justement, pourquoi Yuzu et Mei s’aiment ? Après avoir vu l’anime, je me le demande toujours. Parce qu’à part le fait qu’elles soient soeurs, elles n’ont rien en commun. Yuzu est une gyaru extravertie et grande gueule. Tandis que Mei est froide et sérieuse. Alors oui, ça fait parti du jeu de construire deux personnalités opposés mais complémentaires. Le problème, c’est que leur relation me laisse de marbre.

A commencer par le commencement. La première scène où on les voit faire un truc intime, c’est lorsque Mei embrasse Yuzu … de force. On a vu plus romantique et plus subtil : en l’état, ça fait juste penser que les deux sont ensemble pour le cul. Et plus les épisodes avancent, plus cette impression se confirme. Outre le fait que Yuzu aurait dû appeler 10 fois la police, on ne sent aucune alchimie entre les deux filles. Et ça s’explique très facilement par le fait qu’elles ne s’aiment pas. Certes au début mais aussi à la fin.

citrus anime kiss

Yuzu est un gyaru très extravertie et grande gueule, qui a déjà eu pleins de mecs. Evidemment, c’est un énorme mytho : elle n’est jamais sorti avec personne. Du coup, quand Mei montre de l’intérêt pour sa petite personne, ça la bouleverse. Mais encore une fois, est-ce de l’amour ? Pas sûr vu qu’on a jamais su ce qu’elle lui trouvait. Car Yuzu est exactement la même du début à la fin: fonceuse et à la langue bien pendue. On a plus l’impression que c’est uniquement le fait de vivre un amour interdit que l’excite.

Parce que Yuzu sera balancé deux envies : celle d’aimer Mei en tant que femme ou tant que soeur. On aurait s’attendre à une histoire autour du thème de la famille. Un truc du genre comment elles vont vivre leur relation interdite. Quel est la limite entre l’amour filiale et romantique. Mais non ! C’est abordé mais surtout avec Mei (et encore c’est avec son père). C’est à peine si Yuzu se rend compte que sa relation est un peu bizarre. Parce que, comme je l’ai dit en haut, c’est normal.

Dans ce cas, quels sont les thèmes de Citrus ? La première moitié de l’anime se focalise sur Mei, le fameux crush de Yuzu. Et qui est un personnage que je n’aime pas pour pleins de raisons. Mais si je devais n’en citer qu’une seule, ce serait le syndrome Christian Grey. Syndrome qui consiste à agresser sexuellement une personne importante dans le scénario. Histoire de passer ses trauma. Même s’il est parfaitement compréhensible qu’elle souffre, on dirait plus que c’est encore un moyen de rajouter du fanservice. Parce qu’au fond, ses problèmes n’ont jamais été développés. On comprend les causes du problème. Mais ils sont résolus de manière trop simpliste. Un simple discours et c’est tout.

citrus anime sad mei

Pour le reste de Citrus, il ne s’agit que d’une succession de rivales pour nos deux soeurs. Des personnages qui arrivent toujours de nulle part et dont les motivations sont assez creuses. Elles peuvent se résumer très facilement et sonnent très clichés. Himeko, la vice-présidente est amoureuse de Mei parce que c’est son amie d’enfance. Pareil pour Matsuri avec Yuzu. Du coup, impossible de s’attacher à ses personnages. Elles manquent de profondeur et c’est bien dommage. Il aurait fallu nous expliquer un peu plus les relations entre les divers personnages.

Conclusion

 

Malgré les espoirs placés en lui, Citrus est une immense déception. Tout est d’un déjà-vu assez flagrant. Une romance lesbienne dans une école pour filles. On peut citer Strawberry Panic, Maria-sama ga Kiteiru ou Maria Holic qui raconte quasiment la même histoire. Le fait que les deux filles soient soeurs auraient pu amené de la profondeur à leur relation. Mais la normalité apparente ruine le principal intérêt de ce genre de romance, à savoir l’interdit.

En plus d’un yuri classique, il s’agit d’une mauvaise romance. De plus, Yuzu et Mei n’ont jamais progressé au travers de leur relation: elles sont exactement les mêmes qu’au début. Relation qui se base sur le sexe avant tout, au vue des multiples scènes érotiques. Ce qui ne crée aucune tension dramatique: elles sont limite mieux séparées qu’ensemble. 

Citrus devait apporter un vent de fraîcheur à un genre qui stagne depuis des années. Après 12 épisodes, le constat est flagrant: le changement, c’est pas pour maintenant. Et vous, qu’avez-vous pensé de Citrus

[/thrive_2step]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.