Pourquoi le Comiket est si populaire ?

L'industrie des animes

Le Comic Market, abrégé en Comiket, est une « convention »  crée en 1975. Elle se tient deux fois par an et dure 3 jours au Tokyo Big Sight, bâtiment que vous avez vu au moins une fois. En 90 éditions, l’événement a su s’imposer comme le plus grand de ce genre. Il est passé de 600 à 500 000 visiteurs et de 70 à 35 000 exposants réunis dans une enceinte de 230 000 m². Malgré ses 42 ans d’existence, elle semble toujours autant bien marcher. Plongeons donc dans cette convention hors du commun.

Tout d’abord, l’event est considéré comme le temple du doujin. En effet, le Comiket a toujours pour vocation de promouvoir le travail des artistes amateurs, basé la plupart du temps sur des œuvres déjà existantes. Malgré le fait qu’Internet ait supplanté le côté découverte, il n’empêche que le Comiket a gardé l’aspect rencontre. Il est très rare (voire impossible) que l’auteur vous remette son travail en mains propres en dehors du Comiket. De plus, l’événement leur permet de financer leurs prochains travaux, ce qui fait que le fan se sent privilégié, en quelque sorte.

Un stand avec un (joli) cosplay de Reina

De fil en aiguille, certains cercles ont réussi à gagner énormément de popularité, à tel point que des queues se forment pour se procurer leurs travaux. Pour éviter de complètement boucher la circulation, ces derniers sont souvent positionné en extérieur pour gérer la foule. Ajouté à cela, les œuvres peuvent atteindre de grosses sommes car, une fois l’événement passé, ils deviennent extrêmement rares.  L’événement a même permis de lancer des artistes à un niveau professionnel. Comme par exemple les mangakas CLAMP, les boîtes Type-Moon et Seventh Expansion

Cet état d’esprit a une grande conséquence sur l’organisation de la convention. Si vous avez l’occasion de vous y rendre, vous constaterez qu’il n’y a pas de caisse après la très longue file d’attente. Tout simplement parce que l’entrée de la convention est complètement GRATUITE. Cependant, les organisateurs recommandent fortement d’acheter le guide proposé (qui coûte environ 10 €) et de planifier leur venue. 

La bible à avoir sur soi

La deuxième principale activité du Comiket est le cosplay et là-bas, pas d’amateurisme. Bien que les cosplayeurs ne soient rémunérés pour chaque photo prise, les habitués de l’événement possèdent des cartes de visite qui permettent de faire leur promotion. La même chose est observée pour les photographes. Cependant, les cosplayeurs se feront une joie de prendre la pose, du moment que vous leur demander (en n’oubliant pas les traditionnels « s’il vous plaît » et « merci ») et qu’elle ne soit pas trop suggestive. Les photos se font à l’extérieur du bâtiment pour éviter la foule et les modèles doivent payer le vestiaire car, marcher dans la rue en Shimakaze de Kantai Collection, c’est très moyen.

Cette activité, peu présente à l’origine, a explosé grâce au World Cosplay Summit. Crée en 2003 dans la ville de Nagoya, cette autre convention est le lieu de pèlerinage des cosplayeurs du monde entier. Elle est réputée pour sa parade dans la galerie marchande et son concours mondial, dont les présélections ont lieu dans 20 pays.  

La parade du WCS 2013

Les principaux visiteurs sont des otakus, qui sont majoritairement masculins. On pourrait donc se dire que le public est majoritairement masculin, n’est-ce-pas ? Et bien, contrairement à l’idée reçue, ceux qui se rendent à l’événement sont, en majorité, des FEMMES. En moyenne, 60 % des personnes dans la convention (visiteurs + exposants + cosplayeurs) sont du sexe féminin. Alors, pourquoi une telle affluence du public féminin, lorsque tout semble indiqué le contraire ?      

La preuve

Pour expliquer cela, il faut remonter au tout premier Comiket, en 1975. La principale tendance de l’époque était le shoujo et le yaoi, en pleine ascension grâce au groupe de l’an 24. Ce groupe de femmes mangakas a, à lui seul, crée les codes de 2 genres extrêmement prisés par les femmes 30 ans plus tard.

A l’époque, les femmes étaient déjà sur le coup

Ce qui démontre une sorte « d’effet Comiket » : les différents doujins présents dans le salon permet de dresser une liste des tendances au fil du temps. Comme par exemple, Slam Dunk, Yu Yu Hakusho ou Sailor Moon dans les années 90 ou encore Touhou, KanColle ou Love Live maintenant. On peut voir que la tendance se « masculinise » étant donné que le public masculin augmente d’année en année.

De plus, on peut observer l’impact d’événements importants. En 1988, l’affaire Miyazaki déchaîne les passions. Malgré la mauvaise promotion, la 37ème édition du Comiket était maintenue. Malgré les amalgames, la convention a su tiré avantage des événements et ainsi gagné en popularité. Un autre gros événement lors des Comikets est la crise économique en 1990. Crise qui a bien failli y mettre un terme au salon.

Au final, le Comiket est à la hauteur de sa réputation. Le premier salon sur le thème de la culture pop continue à rassembler les foules. Tout cela grâce à son esprit, où chaque membre contribue à une ambiance où on se sent proches les uns des autres. Malgré le fait que les cercles soient amateurs, le travail est remarquable, à tel point que cela ressemble à du professionnel (quelques fois). On voit là, toute la passion et les efforts que le groupe a pu mettre dans le travail, eux qui cherche à se professionnaliser ou juste s’amuser.

Aujourd’hui, le principal défi de la convention de s’ouvrir à l’international. Car la réputation du Comiket a dépassé les frontières et que les étrangers font spécialement le déplacement. Cependant, si vous ne parlez pas japonais, se repérer et se déplacer devient extrêmement difficile. Pour remédier à cela, les informations sont disponibles en anglais, allemand, chinois et coréen. Néanmoins, au vue du nombre de participants de plus en plus élevé, ne faudrait-il pas que le Comiket change de lieu, pour la 3ème fois de son histoire ?

Sources:

Comiket Committee:

Ohara T. (Comipress.com): “Brief History of Comiket”

Lena K. (fromjapan.co.jp): “A Guide to Comiket: Beyond the Myths”

Ricci Vincent (DozoDomo.com): “Comiket, la Japan Expo Puissance 10“ 

White John (GoBoiano.com): “8 Things You Must Know about Comiket“

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Database d'anime, de seiyuu et d'opening sous forme humaine. Joueur de LLSIF à ses heures perdues. Trouvable sur Twitter (@RequiemForFemto) et MAL (xxxPhantom).

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.