Dance Dance Revolution : le jeu musical intemporel

Jeux Vidéos
dance dance revolution logo

Vous ne le savez sûrement pas mais mes jeux favoris sont les jeux musicaux. Et il en a 3 que j’ai vraiment saigné. Le premier, c’est osu entre 2011 et 2014 dont je n’ai fait que des chansons faciles mais avec des mods. Le second c’est LLSIF (que j’ai déjà présenté ici) depuis 2014 et ses chansons Master. Enfin, le dernier c’est Dance Dance Revolution.

DDR, c’est toute une culture que j’ai appris depuis ce fameux TGS de 2012. A l’époque, Neo-Arcadia avait une salle d’arcade et il faisait un stand cette édition-là. Avec un pote, on a essayé la borne de bonne facture. Ayant déjà une expérience avec osu, j’avais facilement gravi les difficultés jusqu’en Difficile. 5 ans plus tard, Arcadia avait fermé, mon pote était parti et je maîtrise le niveau Expert.

Tout ça grâce à la présence de l’association Roxor-land qui arpente toutes les éditions du TGS. Accompagné d’un groupe de joueurs de la première heure, j’ai progressé et me suis passionné pour ce jeu qui m’a fait dépenser pas mal d’euros. Donc voici une présentation du DDR et pourquoi vous devriez y jouer.

ddr logo

Vous ne le savez sûrement pas mais mes jeux favoris sont les jeux musicaux. Et il en a 3 que j’ai vraiment saigné. Le premier, c’est osu entre 2011 et 2014 dont je n’ai fait que des chansons faciles mais avec des mods. Le second c’est LLSIF (que j’ai déjà présenté ici) depuis 2014 et ses chansons Master. Enfin, le dernier c’est Dance Dance Revolution.

DDR, c’est toute une culture que j’ai appris depuis ce fameux TGS de 2012. A l’époque, Neo-Arcadia avait une salle d’arcade et il faisait un stand cette édition-là. Avec un pote, on a essayé la borne de bonne facture. Ayant déjà une expérience avec osu, j’avais facilement gravi les difficultés jusqu’en Difficile. 5 ans plus tard, Arcadia avait fermé, mon pote était parti et je maîtrise le niveau Expert.

Tout ça grâce à la présence de l’association Roxor-land qui arpente toutes les éditions du TGS. Accompagné d’un groupe de joueurs de la première heure, j’ai progressé et me suis passionné pour ce jeu qui m’a fait dépenser pas mal d’euros. Donc voici une présentation du DDR et pourquoi vous devriez y jouer.

Présentation du jeu et son déroulement

Dance Dance Revolution (abrégé DDR) est un jeu de rythme édité et publié par Bemani, filliale de Konami spécialisée dans les jeux de rythme. La première version du jeu remonte à 1998. Avec une borne d’arcade sobrement appelé Dance Dance Revolution. Trouvant rapidement le succès, les différents mix (nom donné aux opus de la série) vont se succéder. Surtout en arcade avec pas moins de 19 opus. En Occident, l’arrivé de DDR s’effectue vers les années 1990 avec l’importation des bornes par les salles. D’abord moqué pour le côté « casu », DDR va vite accrocher les joueurs grâce à son côté spectaculaire. Suite à sa grande popularité, des portages sur consoles ont vu le jour.      

ddr first mix

La vielliesse de ce screenshot (mais tout était déjà là)

Le but du jeu est extrêmement simple. Le joueur doit appuyer sur les touches indiquées à l’écran avec ses pieds sur un pad. Ce dernier est constitué de 4 flèches directionnelles (haut, bas, gauche, droite). Grâce à la musique, le joueur doit appuyer au bon moment pour faire des combos. Au moindre faux pas, le combo se casse et de la santé est perdue. Si la jauge de vie est vide, il s’agit d’un échec et la partie s’arrête. Sur les bornes d’arcade, un crédit donne droit à 3 chansons.

Lorsque vous introduisez un crédit dans la machine, elle va donner le choix du mode de jeu. Même s’il y en a pleins, il en existe 3 incontournables. Le mode Simple ou le mode 1 joueur avec un seul pad. Pour jouer à 2, il faudra choisir le mode Versus, qui coûtera 1 crédit en plus. Enfin, le mode Double, où 1 seul joueur utilise les 2 pads simultanément.  

Vient ensuite le choix des chansons. Les DDRs proposent un grand choix de chansons avec des genres variés. Les principaux étant l’électro, la J-pop et la pop (américaine). La sélection se faisant avec les flèches latérales (gauche/droite).

ddr song select

La sélection de la musique

Les flèches haut/bas permettent de choisir la difficulté du mapping. Ou la séquence de flèches qui va défiler. Il existe 5 niveaux de difficulté, symbolisé par des barres (ou des pieds).

  • Beginner pour les joueurs débutants. Les flèches arrivent de manière très espacée et ne dépassent pas les 100-150 unités. Le mode dépasse rarement les 3 barres.
  • Basic/Light pour les joueurs qui sont capables de tenir une série continue de pas. Cependant, elles restent assez lentes. 5 barres sont le maximum de difficulté atteignable.
  • Difficult/Standard pour les joueurs assez avancés. La difficulté introduit des séquences de pas plus rapides. Mais seulement ponctuellement. Les difficultés s’échelonnent entre 5 et 9 barres.
  • Expert/Heavy pour les joueurs confirmés. Les flèches s’enchaînent rapidement et sont nombreuses. Les maps Experts commencent du niveau 9 jusqu’au niveau 13.
  • Challenge pour les fous furieux. Les flèches arrivent en masse et le rythme de la musique change souvent durant le gameplay.

Pour se faire une idée du contenu de la map, il y a un pentagone au-dessus des difficultés. Cette figure récapitule 5 éléments.

  • Air : le nombre de double pas. Ce qui nécessite de sauter pour les effectuer.
  • Freeze : la quantité de pas où il faudra maintenir la touche
  • Chaos : les séquences de pas difficiles à réaliser
  • Stream : le temps où les flèches défilent sans discontinu
  • Voltage : l’espacement entre les pas. Plus le voltage est haut, plus les flèches sont rapprochées.

Cela fait pas mal de choses à digérer mais il s’agit d’un descriptif ultra détaillé pour ceux qui n’aurait jamais joué à DDR. Mais en pratique, tout coule de source : le but, les difficultés, etc. 

 

Pourquoi DDR c’est bien ?

Pour deux raisons. La première est la plus évidente : DDR est un jeu vidéo mais surtout un sport. Au même qu’un Just Dance, DDR fait partie des jeux qui cassent le mythe du gamer cimenté sur son canapé. DDR est un jeu qui fait bouger et pas qu’un peu. Pour les débutants, le jeu semble être un exercice assez léger et détendu. Mais pour ceux qui tryhardent le jeu en expert, l’effort est très intense. En débutant et pour une seule chanson, les joueurs dépensent environ 4 kcal. En expert, l’énergie dépensée monte à 40 kcal (soit 120 kcal par crédit). Sportivement parlant, DDR est un exercice de cardio. Car il faut faire de l’effort prolongé pour réussir à succéder les séries de flèches sans s’arrêter. Cela nécessite de l’endurance et beaucoup de la concentration pour vaincre l’épuisement.

La seconde raison pour laquelle DDR est un jeu génial, c’est que DDR est un spectacle. C’est toujours étonnant de voir le public être impressionné par des gens qui jouent (bien) au jeu, même en débutant. Et ça se comprend car DDR a l’air très simple en apparence. Taper sur la bonne flèche au bon moment, on a vu plus compliqué niveau gameplay. Sauf que pad aux pieds, c’est loin d’être évident. Parce que les débutants possèdent des mauvaises habitudes et n’ont pas les réflexes des joueurs confirmés. Résultat : un F et un message très gentil du jeu, du style « c’est tout ? ».

DDR est jeu très technique : simple à comprendre mais difficile à maîtriser. C’est pour ça qu’un public s’amasse rapidement autour d’un joueur qui sait jouer correctement au jeu. Et c’est encore plus le cas quand il s’agit de joueurs experts ou des freestyleurs. Normalement, les joueurs n’arrêtent de fixer les flèches. Et bien, les freestyleurs montent des chorégraphies entières en utilisant les pads du jeu. Leurs chansons sont de difficulté modérée mais ils doivent retenir par cœur l’ordre des flèches.  Ce qui est très impressionnant et agréable à voir.


Un freestyle de fou par NKO (commence à 1:30)

Quelques règles de politesse [MODE CHIANT ACTIVE]

En tant que spectateur,

  • Evitez de passer devant l’écran : vous n’êtes pas invisibles (même si vous vous baissez)
  • Aucun contact physique autorisé sur l’aire de jeu ET tenez-vous à distance : des coups de coude partent vite (R.I.P mes takoyakis du TGS 2014 *snif*)
  • Si quelqu’un joue en soloqueue, ne grimpez pas sur le pad à côté pour l’imitez. Vous allez juste le déconcentrer et il va vous regarder en mode « euh…tu fais quoi ? »
  • SURVEILLEZ LES ENFANTS ! TRUE STORY : j’ai failli foutre un coup de genou à 3 gosses en moins de 4 h.

En tant que joueur,

  • La borne ne vous appartient pas. Donc une fois que vous avez fini votre partie, il faut laisser la place aux autres.
  • Pour le plaisir de tous, ne faites pas le malin. Si vous êtes un débutant, ne vous lancez pas en difficile. Vous allez vous ridiculiser et peut-être vous faire mal.
  • Et quand bien même vous avez décidé de vous lancer un défi, on n’abandonne jamais une musique. De toute façon, la présence du public vous force à rester.
  • LES FILLES, enlevez vos talons (si vous en avez). Sinon, vous allez casser la machine et une cheville au passage.
  • En restant sur la casse, ça ne sert rien de donner des coups de pied sur le pad. Vous n’allez pas mieux jouer, bien au contraire.
  • Pour ne pas lasser le public, diversifiez les chansons par pitié.
[MODE CHIANT DESACTIVE]

Comment être bon sur le jeu ?

Vous avez été convaincu par mon argumentaire et vous avez décidé de vous lancer dans DDR. Ou bien un ami vous demande de tester le jeu en convention. Mais vous avez de vous faire humilier par le jeu. Ne vous inquiétez pas, je suis là ! Alors autant vous prévenir, vous n’allez devenir pro en lisant ça. Mais ces astuces de base vont sauver votre honneur et vous faire passer pour un danseur hors-pair.

La première chose que tous les joueurs savant (un minimum) jouer font, c’est de quitter la zone centrale. Le premier réflexe que les gens ont, c’est de rester au centre et de faire les pas sans bouger. Or, si vous restez au milieu, vos jambes vont difficilement suivre le mouvement imposé par la map. Quand les flèches sont suffisamment espacées, ça peut encore passer. Par contre, un flux continu de flèches ou des double notes suffira à vous déséquilibrer. Donc, n’hésitez pas à bouger sur tout le pad ou rester sur les flèches. Tout en ayant le regard fixé sur l’écran.

Bouger permet aussi de se débarrasser d’une autre mauvaise habitude : taper uniquement avec la plante du pied (et souvent la même). Encore une fois, utiliser uniquement la pointe des pieds, c’est le cassage de gueule garanti. Prenez l’habitude d’alterner les pieds entre chaque pas et de taper les flèches derrière vous avec les talons.

Commencez à bouger quand les flèches arrivent là (super talent de paint au passage)

Enfin, la dernière astuce est visuelle. Trop de gens tapent au moment pile où la flèche arrive pile dans la zone de vérité. Ce qui fait qu’ils sont systématiquement en retard. Car il ne prennent pas en compte le temps de réaction entre la vision et l’action. Pour prendre en compte ce temps, il faut agir légèrement avant l’arrivée du pas. De plus, le regard doit être focalisé vers le milieu de l’écran. Histoire d’anticiper la suite de ce qu’il faut faire.

Conclusion

DDR est un jeu qui a traversé les décennies grâce à son gameplay. Parce qu’il est à la fois très accessible aux débutants avec son principe qui coule de source. Par contre, il nécessite un entraînement régulier pour le maîtriser. En plus de la concentration, il faut de l’endurance et du souffle pour suivre le niveau. Choses qui ne s’acquièrent pas du jour au lendemain.

Si la plupart des gens y voit un simple jeu, il est plus que cela. C’est également grâce à son côté divertissant et très physique qui fait sa force depuis plus de 20 ans.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Database d'anime, de seiyuu et d'opening sous forme humaine. Joueur de LLSIF à ses heures perdues. Trouvable sur Twitter (@RequiemForFemto) et MAL (xxxPhantom).

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.