Dans le merveilleux monde des gacha games japonais

Jeux Vidéos 2689

Quels sont les jeux mobiles les populaires en France ? Candy Crush et Clash of Clans. Deux jeux qui font partie (encore) des plus téléchargés dans le monde. Et au Japon alors ? Et bien, il s’agit de Deresute (pour Idolm@ster Cinderella Stage), Puzzle and Dragons ou encore Monster Strike. Tous ont un point commun : ce sont des free-to-play (F2P) ou des jeux gratuits. Par contre, ils possèdent des options d’achats InApp dans le jeu qui permet de progresser plus vite. En Occident on trouve des jeux aux modèles économiques, c’est-à-dire des moyens de générer des revenus, qui sont variés. Au Japon, un est devenu la norme : les gacha games. C’est bien simple : la grande majorité des jeux mobiles populaires japonais utilisent ce système. Mais de quoi s’agit-il ? Comment les différencier ? Et pourquoi cela marche autant ?

Qu’est-ce qu’un gacha game ?

Gacha est le diminutif de Gachapon, des distributeurs de petits goodies (mini figurines, porte-clés) souvent à l’effigie d’une licence. Ces machines contiennent une certaine quantité d’objets obtenables par les joueurs et ils sont affichés devant le gacha. Après avoir introduit de l’argent dans l’appareil, vous tournez une molette qui vous donnera aléatoirement un de ces objets. Evidemment, certains d’entre eux sont plus rares et donc nécessite (théoriquement) plus d’essais pour les avoir. 

C’est sur ce principe que repose les gacha games, qui ont tous plus ou moins la même structure. Le gameplay principal s’articule autour d’une équipe d’unités (personnages, monstres, cartes) qui progressent dans une série de missions. Cependant, il vous sera impossible (au bout d’un certain temps) de progresser efficacement en gardant vos unités de départ. Des nouvelles unités peuvent être obtenues de 3 manières :

  • A la fin de missions, généralement des unités de rareté commune. Mais certaines missions bien spécifiques (appelés events) permettent d’en avoir  de raretés supérieures
  • Le gacha d’ami qui utilise des points d’ami, qui donnent des unités dont la rareté va de communes à rare
  • Le gacha premium, dans lequel se trouve les unités les plus rares

En dehors de cet aspect, les gacha games utilisent les mécaniques que l’on peut voir dans les F2P. L’interface est composée d’une barre d’endurance qui se vide lorsque vous lancez une partie mais qui se remplit lentement au fil du temps. A la fin des missions, vous gagnez de l’EXP qui permet d’augmenter votre niveau. Plus ce niveau est haut, plus la capacité maximale de la barre d’endurance augmente.

2 monnaies sont également mises en place :

  • Une monnaie in-game, facilement obtenable et qui permet d’accomplir des tâches mineures.
  • Une monnaie premium, qui peut être acheté dans une boutique en ligne. Ce dernière est plus polyvalente que sa soeur puisqu’elle permet de recharger sa barre d’endurance, augmenter la taille de son inventaire et (surtout) recruter de nouvelles unités. 

Les types de gachas

Les gacha games se distinguent en plusieurs mécaniques, qui dépendent de la manière d’obtenir les unités. La plupart des jeux cumulent ces techniques : il est donc courant de toutes les voir mais sous différentes formes.

  • Le Complete Gacha

Ce genre de jeu vous incitait à réunir un set d’élément pour débloquer une récompense. Or, ces éléments n’étaient obtenables que par un gacha. Pour obtenir la récompense, les joueurs devaient faire des tirages jusqu’à obtenir tous les éléments. Sans compter que certains d’entre eux était très difficile à avoir.

Schéma explicatif d’un Complete Gacha

Pour les créateurs du jeu, la recette était très rentable : pour chaque tirage, le joueur devait directement payer et les taux de drop des objets restaient inconnus. Résultat : plusieurs personnes ont englouti des milliers de yens pour (essayer de) compléter les sets.

Tout cela au passé car ils ont été bannis en 2012 par le gouvernement, assimilé à des paris (qui sont officiellement interdits dans le pays).

  • Le Box Gacha (ou le gacha par boîtes)

Comme leur nom l’indique, les unités sont contenues dans un gacha en quantité limitée. Ce qui veut dire les taux de drop des unités les plus rares augmentent au fur et à mesure. Ce genre de gachas permet aux joueurs de connaître à l’avance combien ils vont devoir dépenser.

Explication du concept des box gachas dans le jeu Driland

  • Le Step-up Gacha (ou gacha par étapes)

Le step-up gacha est une série de tirages dont le prix augmente au fur et à mesure. La première est proposée à un prix très avantageux avant de monter petit à petit ( la première gacha ou le premier tirage?). A la fin, le dernier tirage garantit des récompenses très rares.

Ce genre de gachas est souvent avantageux pour les joueurs. Ils sont en effet libres de profiter des tirages à prix réduit et d’arrêter la série dès qu’ils le souhaitent.

Une variante dans Fire Emblem Heroes consiste en un tarif dégressif au fur à mesure que vous faites des tirages 

Bien sûr, il ne s’agissait pas là d’une liste complète. Mais vous avez les principales méthodes utilisées les gacha games sortis en Occident.

Comment font-ils pour attirer ?

Le succès des gachas games repose pour une grande part sur le fait que ce sont des F2P. Le jeu n’est clairement pas fait pour des sessions de plusieurs heures (sauf farming). En général, ça se limite des petites sessions de quelques minutes à cause de la barre de PA. Du coup, la progression est assez lente. Bien qu’elle soit fulgurante au début, elle ralentit également très vite. Que cela soit pour le niveau ou la collecte des unités. Cette lenteur forcée par les développeurs crée une frustration qui le joueur serait tenté de chasser en dépensant de la monnaie premium.

Pour générer une quantité de joueurs réguliers, les gacha games peuvent compter sur une catégorie de joueurs : les fanbases. En effet, l’écrasante majorité utilise des licences quand il ne s’y base pas totalement. Contrairement aux F2P occidentaux qui doivent convaincre les potentiels joueurs, les japonais marchent en terrain conquis. En effet, un fan de Final Fantasy sera plus enclin à (au moins) essayer FF Brave Exvius ou Record Keeper. De plus, les développeurs utilisent la sympathie que peuvent avoir les fans pour certains personnages. Du coup, quand ils sont disponibles, les coups de folie sont possibles.

Un autre exemple inspiré de l’univers Fate : Fate Grand/Order 

Vu que les systèmes d’obtention des unités reposent sur la chance, les joueurs sont plus ou moins égaux. Les joueurs ont tous la même probabilité de dropper les unités qu’ils veulent. Et ce, qu’ils soient niveau 1 ou 200. Ce qui a tendance à arranger les uns alors que cela exaspère les autres, moi le premier. Mais pour limiter l’impact psychologique de la malchance, un système d’ami est souvent mis en place. Si vous n’avez pas eu la chance d’avoir l’unité que vous vouliez, comptez sur celle d’un autre joueur pour booster votre partie. De plus, un gacha d’ami permet de consoler les malchanceux, en donnant des unités moins rares mais tout aussi pratiques.

Car dans un (bon) gacha game, rien est inutile. Certes les unités les plus rares sont les plus pratiques dans le gameplay, mais celles en dessous permettent également de progresser. Les unités possèdent toutes un niveau qui doit être augmenté. Pour cela, il faut sacrifier des unités. Parfait donc pour se débarrasser des personnages encombrants et/ou inutiles. Enfin, ils peuvent également être revendus pour de l’argent ou (encore mieux) des médailles pour obtenir des personnages.  

En soi, avoir de nouveaux personnages n’est pas spécialement dur mais ceux que l’on veut, oui. Pour une raison très simple : ils sont souvent disponibles que durant une période limité. Ce qui signifie qu’une fois l’occasion passée, elle ne se représente pas avant un long moment. Très régulièrement (toutes les 2 semaines environ), les gachas sont renouvelés. De la même façon, des événements proposant des nouveaux gameplays et des nouveaux personnages font leur apparition.  Ce flux constant de nouveautés permet de ne pas lasser les joueurs et de les faire rester le plus longtemps possible.  

La majorité des jeux ont des gachas disponibles pendant une certaine période  (ici, Monster Strike)

Et pour récompenser les fidèles, les gacha games voient les choses en grand. Le système de récompenses journalières propose entre autres de la monnaie premium et en grande quantité. C’est bien simple (et les joueurs patients le savent bien) : il est possible de farmer la monnaie premium et faire des tirages de manière régulière. Tout ça sans débourser un centime. Mais les développeurs savent que si les joueurs n’ont pas ce qu’ils veulent, ils pourront toujours payer. A moins qu’ils ne se tournent vers le « gacha compensatoire ». Certains jeux proposent, au bout d’un certain nombre d’essais, des tickets pour un gacha avec des probabilités augmentées. Histoire que les joueurs ne crient pas trop à l’injustice.

Pourquoi la maison est toujours gagnante ?

Bien que la monnaie premium puisse être utilisée pour diverses fonctions, avoir des unités rares reste celle sur laquelle les développeurs comptent faire dépenser les joueurs. Pour cela, deux aspects sont valorisés (même si l’un va souvent avec l’autre).

La première joue sur l’esthétique. En effet, la rareté se base sur la beauté des illustrations (ou skins) des unités. Ces skins sont renouvelés en fonction d’un thème. En général, cela est réservé aux jeux dont l’aspect stratégique est limité au strict minimum. Typiquement, les jeux où le skill prévaut, comme les jeux musicaux. Le gacha ne permet pas d’être plus fort mais c’est un à-côté agréable pour récompenser les efforts mis dans le jeu.

Love Live School Idol Festival est un parfait exemple de ce style de jeu. (On pourrait aussi citer DereSute ou Bang Dream)

La seconde joue sur la puissance. Plus vous avancerez dans le jeu, plus votre équipe devra être optimisée. Ce qui fait qu’à partir d’un moment, se passer d’unités ultra puissantes est rédhibitoire pour pouvoir être performant. Et c’est encore moins possible quand elles sont au centre de stratégies qui permettent de l’être. Et bien sûr, les unités les plus fortes sont (évidemment) les plus rares. Les jeux dont l’aspect tactique est au cœur du gameplay profitent à fond des joueurs qui souhaitent monter plus vite. Ici, le gacha permet progresser dans le jeu : ce que l’on appelle du pay-to-accelerate (payer pour accélérer).

Dragon Ball Z Dokkan Battle en est l’exemple le plus populaire

Dans les deux cas, il est rare de voir un joueur payer pour un jeu à la base gratuit. Donc, les jeux vont viser en priorité les whales (baleine en français). Autrement dit, les joueurs capable de dépenser des sommes complètement folles (comme lui) pour espérer pour dropper les bons trucsAu final, le gacha permet d’enlever les limitations économiques pour les joueurs. La limite inférieure d’abord car il n’y a pas besoin de payer pour l’acquérir. Mais aussi la limite supérieure parce qu’il y a aucun plafond  à la dépense via les transactions dans le jeu.

Les compagnies gérant ces jeux ne s’y trompent pas : 50 % des revenus sont générés par 2 % des joueurs, qui sont souvent ceux nommés au dessus. En parallèle, les coûts sont réduits au minimum, ce qui engendre des recettes colossales. A tel point qu’ils se permettent d’être généreux avec les joueurs avec des promotions ultra avantageuses. Mais, ne vous y trompez pas : vous êtes gagnant mais pas plus que la maison (car vous dépensez quand même).

Au final, les gacha games est un genre de jeu extrêmement prolifique et profitable. En effet, de plus de plus de jeux se calquent sur ce modèle. Même les jeux occidentaux reprennent (à petites doses) ce concept, comme CS;GO et son système de ravitaillement. Ce système, à la base une mécanique de jeu, est devenue un type de monétisation courant grâce à son efficacité. Ajouter de l’aléatoire permet de mettre les joueurs au même niveau : le hasard décidant des unités qu’ils vont avoir. Pour limiter son impact, les joueurs ont deux choix : investir beaucoup de temps ou investir un peu d’argent. Dans les deux cas, les compagnies gérant le jeu sont gagnantes. Pour le second cas, elle peut gagner de l’argent pour maintenir ses services. Et pour le premier, l’audience se fidélise, revient régulièrement et à terme, dépensera de l’argent. 

Pour ma part, j’adore les gacha games. Je m’investis surtout dans Love Live. Mais vous, à quel gacha game vous jouez ? Parce que j’aime beaucoup cette idée de devenir performant à force de patience et d’investissement. Comme 90 % des gens, je faisais partie de cette population qui ne dépensait pas. Mais au final, j’ai fini par craquer mais c’était au bout de 2 ans de jeu (ce qui est énorme pour le genre). Car au final, au delà du skill qui s’acquiert au fil du temps, ce sont l’information et la planification qui prévalent. Et ceux qui maîtrisent ces deux points sont récompensés.

OU PAS (Saletés de Rs)

Pour en savoir plus :

Database d'anime, de seiyuu et d'opening sous forme humaine. Spécialiste en industrie anime/manga. Joueur de LLSIF à ses heures perdues. Trouvable sur Twitter (@RequiemForFemto) et MAL (xxxPhantom).