4 animes qui m’ont (beaucoup) déçu

La saison des animes d’été se termine cette semaine. Et la suivante s’avance avec beaucoup de nouveaux titres. Pour faire un micro-bilan de celle qui s’est écoulé, certains m’ont surpris comme Asobi Asobase. Un anime qui commençait très mal avec des clichés surutilisés. Mais qui s’est bien rattrapé par la suite en créant des séquences à mourir de rire.

Et d’autres m’ont déçu. Et là, je vais me faire des ennemis mais Hataraku Saibou fait partie de cela. Alors oui, c’est très bien documenté : on apprend plein de choses sur les cellules. Qui sont au passage très attachants #plaquette. Cependant, c’est très répétitif. A chaque épisode, on nous introduit une cellule, on apprend son rôle, un problème survient, des méchants attaquent, le système immunitaire les défoncent et FIN. Je me suis vite lassé de cette routine.

Alors dans cette optique, j’ai décidé de « rendre hommage » à ces animes dont j’avais beaucoup d’attentes. Et qui m’ont fait violemment revenir sur Terre. En toute subjectivité, voici 4 animes qui m’ont déçu.

NOTE : Cet article sera rempli de spoils.

Oreimo S2

Rappel de l’histoire : Kyousuke Kousaka découvre que sa petite sœur Kirino est une otaku hardcore. Cependant, sa passion est mal vue par leurs parents. C’est pourquoi elle le vit dans le plus grand secret. Un secret qui va rapprocher le frère et la sœur. 

Pourquoi j’y ai cru ?

Ma relation avec Oreimo est un peu paradoxale. D’un côté, je ne peux pas supporter ses personnages principaux. Notamment, Kirino qui a lancé la mode des petites sœurs tsundere. Et qui a montré pourquoi ce genre est insupportable. Jamais contente, pourrie gâtée et montrant que du mépris pour son frère.

Mais d’un autre côté, Oreimo était un anime très sympathique. On suivait une bande de potes qui partageaient leur passion sans complexe. Avec des personnages comme Kuroneko et Saori, qui sont cools et intéressantes. Les épisodes s’enchaînent facilement et les derniers épisodes de la saison 1 annonçait la relation entre Kyousuke et Kuroneko. Quelque chose de très attendu.

Pourquoi ça a foiré ?

Pour une seule raison : Kyousuke ne choisit aucune des deux filles à la fin ! La première moitié de l’anime te fait miroiter une relation avec Kuroneko. Et comme c’est mon personnage préféré, j’étais content.

Mais ils cassent leur relation. Pour que Kyousuke rejoigne son vrai amour : Kirino. Certes, j’étais déçu mais cela reste un choix de l’auteur. Un choix qui est, en plus, très couillu car Kirino est la vraie sœur de Kyousuke. Alors que les animes s’appuient sur des remariages pour dire « ils sont frères et sœur mais par alliance ». Oreimo a une relation incestueuse avec deux personnages qui ont grandi ensemble. Un choix audacieux qui méritait d’être salué.

Mais si c’est pour l’annuler à la fin de l’anime, c’est juste du foutage de gueule.   

Charlotte

Rappel de l’histoire : Yuu Otosaka possède un pouvoir : il peut prendre possession le corps d’une autre personne pendant quelques secondes. Profitant à fond de son talent, il se fait remarquer par Nao Tomori. La jeune lycéenne, possédant elle aussi un pouvoir, lui ordonne de rejoindre un lycée spécial. Obéissant à sa requête, il va se lancer à la recherche d’autres adolescents comme eux.

Pourquoi j’y ai cru ?

A cause d’un seul nom : Jun Maeda. Le scénariste de Clannad et Angel Beats remettait le couvert avec Charlotte. On pouvait s’attendre à un anime qui allaient beaucoup nous secouer niveau émotionnel.

De plus, l’anime était réalisé par P.A Works. Un studio qui mettait le paquet au niveau visuel. En témoigne Nagi no Asukara, dernier anime réalisé par le studio (à l’époque). Un anime qui était très beau et dont l’ambiance calme en fait chavirer plusieurs.

Au niveau de l’histoire, le héros se démarquait des personnages habituels. Yuu parle beaucoup, se la pète. Un bon gros connard quoi.

Pourquoi ça a foiré ?

Le plus gros problème de Charlotte, c’était sa routine. A partir de l’épisode 3-4, les épisodes se déroulaient de la manière suivante. Après l’introduction, Nao et Yuu se réunissent dans la salle du conseil. Un mec mouillé rentre. Il désigne l’endroit où se trouve le personnage à sauver. On apprend son histoire. Yuu résout le problème et le perso intègre le lycée. FIN. Et ça dure 6 épisodes.

Au final, l’anime n’avait plus que 6 épisodes pour lancer, développer et terminer son histoire. Ne pouvant pas suivre, le scénario est bâclé. Par exemple, la mort d’Ayumi, un épisode très grave et lourd de conséquences. Yuu tombe dans ses travers habituels à tel point que ça en est ridicule. MAIS à la fin, il remonte le temps LOL.  L’intérêt de l’épisode ? Aucun. Sans parler du complot mondial, qui n’a aucun sens. 

Tout ça pour tomber dans une fin ultra-classique. Une insulte pour un anime avec un personnage comme Yuu. Qui a presque régressé compte tenu de son caractère de base. Nao et Yuu s’avouent leur amour, ils vivent heureux et ça se termine sur ça. Aucune émotion, le comble pour un successeur de Clannad.    

Little Witch Academia

Rappel de l’histoire : Atsuko Kagari rejoint Luna Nova, une académie de sorcière. Rêvant de suivre les pas de Shiny Chariot, sorcière de renom, elle n’est cependant qu’une simple humaine. Éprouvant les plus grandes difficultés à effectuer les tâches de bases. Mais qu’importe, elle est déterminée à suivre son idole. Qui ne se trouve pas aussi loin qu’elle le croit.

Pourquoi j’y ai cru ?

Little Witch Academia était l’un des projets les plus hypés à l’époque. Le film original avait reçu des subventions de l’Etat et avaient gagné des concours. En même temps, le studio Trigger était derrière et il restait sur la hype de Kill la Kill, sorti 4 ans auparavant.

Preuve que LWA était très attendu, le Kickstarter de Trigger a réuni 625 000 $. Soit presque 4 fois le montant prévu de 150 000 $. Et ça, en quelques heures. Ce qui montrait l’intérêt du public international envers l’anime et le studio Trigger.

Pourquoi ça a foiré ?

J’en ai déjà parlé dans cet article. Alors je vais éviter de me répéter. En soi, l’anime n’est pas mauvais. C’est assez joli : les décors soignés, l’univers bien enrichi. De plus, les personnages possédaient un caractère attachant. Atsuko qui est nulle mais qui croit en son talent dur comme fer. Diana, la riche charismatique et coll. Sucy et ses expériences bizarres. Le cast avait ce grain de folie, qui rendait l’anime plaisant à suivre.

Mais voilà, Little Witch Academia a souffert de schéma narratif de Kill la Kill et Gurren Lagann. Dans ces deux animes, le scénario commence avec un ton léger pour se conclure sur une note épique. Du coup, je pensais que cela serait la même chose. Et au final non et la déception était grande.

Car même si l’anime était sympathique, il est très oubliable. Il se contente de raconter les scènes de vie d’Atsuko et de ses amies, sans plus. Alors oui, cela permet de développer l’univers, certains perso secondaires. Mais honnêtement, c’est loin d’être de ce que l’on attendait de Trigger.

Sans compter que quand l’anime démarre vraiment, ses enjeux sont plats. L’antagoniste ne dégage aucun sentiment de menace. On ne ressent rien vis-à-vis de lui. Du coup, quand Atsuko et Diana le vainc, rien impressionnant. Et l’anime se termine sur un sentiment de frustration, tant il ne s’est pas passé grand chose.

Little Witch Academia était un anime trop normal. Alors que venant d’un Trigger, on s’attendait à quelque de pas normal.

My Hero Academia S1

Rappel de l’histoire : Dans un futur proche, 80 % de la population possède un pouvoir appelé kousei (Alter en VF). Izuku Midoriya rêve de devenir un super héros pour imiter son idole, All Might. Le probème, c’est qu’Izuku ne possède pas d’Alter. Mais ça, c’était avant cette rencontre qui va changer son destin.

Pourquoi j’y ai cru ?

LE nouveau shonen qui cartonnait dans le JUMP (et qui reste dans le top 10 encore aujourd’hui). D’ailleurs, à sa sortie en France, il a bien lutté contre One Punch Man, sorti au même moment. Mais sa popularité avait explosé bien avant sa sortie en dehors du Japon. Parce qu’il avait de bons arguments. Avec son univers très fourni et ses personnages charismatiques.

Et puis, c’était animé par le studio Bones. Qui a une bonne expérience en termes d’adaptation de shonen avec Soul Eater et surtout Full Metal Alchemist Brotherhood. Ça amenait bien la hype.

Pourquoi ça a foiré ?

C’est quoi le comble pour un anime d’action ? Ne pas avoir d’action ! Certes, c’est le commencement d’un anime qui va monter en puissance par la suite. Mais qu’est-ce c’était lent ! Sur les 12 épisodes, seul deux tomes ont été adaptés. Du coup, on s’ennuie.

CONCLUSION

 

Et voilà pour ces 4 animes qui m’ont beaucoup déçu. J’espère que cela ne vous aura pas fait trop de mal si vous appréciez ces animes. Mais sachez que cela ne reflète que mon opinion. Et qu’en soit, la plupart des animes sont tout à fait appréciables. C’est juste que j’en attendais plus.    

Et vous, quel animes vous ont le plus déçus ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Database d'anime, de seiyuu et d'opening sous forme humaine. Joueur de LLSIF à ses heures perdues. Trouvable sur Twitter (@RequiemForFemto) et MAL (xxxPhantom).

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.