Quels animes de saison faut-il voir ? (hiver 2020)

Nouvel année, nouvelle décennie et surtout nouvelle saison d’anime en perspective. Comme d’habitude, on va passer en revue les nouveaux animes de cet hiver 2020. Pas de suite au programme mais si vous voulez savoir :

  • Hype de fou pour Haikyuu, Neverland et Yuru Camp
  • Espérons qu’ils adaptent l’arc de Nino dans Gotoubun no Hanayome
  • Que le sacrifice de One Punch Man 2 en valait la peine pour Railgun

Magia Record: Mahou Shoujo Madoka☆Magica Gaiden

Anime original réalisé par Gekidan Inu Curry et produit par Shaft

Résumé

Iroha Tamaki est une magical girl à la recherche de sa sœur, Ui dans la ville de Kamihama. Dans le même temps, Madoka recherche Homura.

Mon avis

Dieu sait que je déteste quand les producteurs décident de ressusciter d’anciennes licences et encore plus, quand ce n’est pas nécessaire. Et Madoka entre dans ce cas de figure-ci. L’anime de 2011 avait cassé la baraque, inventant le sous-genre du Dark Magical Girl. L’histoire se montrait captivante et surtout, possédait une conclusion parfaite avec le 3ème film. L’histoire canonique de Madoka aurait pu (et aurait dû) s’arrêter ici.

Mais bon, le jeu mobile fait gagner des sous, il faut capitaliser dessus. On se retrouve donc un spin-off qui met en scène des personnages inédits avec une ébauche de scénario. Pas très clair pour émettre un quelconque avis, ce qui faisait la force du Madoka originel. Mais qui, dans ce cas, est inquiétant tant l’histoire semble avoir atteint ses limites.

En revanche, on va revoir presque le même staff que la série originale : Magical Quartet. Akiyuki Shinbo (le réalisateur original), Gekidan (qui s’occupait des collages dans les scènes avec les sorcières), ClariS qui chantera l’ending. On pourra compter sur une certaine qualité (dans la forme en tout cas).

En bref : est-ce que ce sera aussi bien que Madoka ? Certainement pas. Mais est-ce que ce sera divertissant ? Peut-être

Pet

Adaptation du manga écrit et illustré par Miyake Ranjou, produit par Geno Studio

Résumé

Certaines personnes peuvent s’infiltrer dans la conscience des gens et contrôler leur libre arbitre. Un pouvoir puissant qui détruit l’esprit des victimes mais aussi celui des utilisateurs. Pour protéger leurs cœurs, la population utilise des chaînes. D’où leurs surnoms, les pets.

Mon avis

Les animes d’enquêtes, c’est quitte ou double. Soit ça marche et on enchaîne de révélations en révélations phénoménales, comme Psycho-Pass. Soit ça rate et on devine tout dès le début ou c’est tiré par les cheveux comme Kabuki Sherlock.

Et pour le coup, Pet semble appartenir à la première catégorie. On comprend vaguement que l’histoire implique des pouvoirs psychiques et tout son lot de questions éthiques. A première vue, cela ressemble à Darker than Black. Après à voir s’il est aussi bon.

En bref : j’y jetterais un oeil.

Nekopara

Anime du Visuel Novel de Sekai Project, produit par Felix Films

Résumé

Dans un monde où les chats prennent forme humaine, Kashou Minazuki ouvre sa pâtisserie : La soleil (oui, ça brûle les yeux). Pendant qu’il ouvre ses cartons, il découvre Chocola et Vanilla, les chats de sa famille. Déterminées à rester avec leur maître, Kashou se résigne à les garder et gérer sa boutique en leur compagnie.

Mon avis

Nekopara a été un VN au succès retentissant, et c’est encore plus impressionnant quand celui-ci provient d’un petit cercle. Novateur grâce à ses animations en 3D (inédit en 2016), il fut le premier VN à être publié sur Steam et ouvrir cette niche en Occident.

C’est donc sans surprise qu’on le retrouve adapté en anime avec un scénario loin de déplacer les foules. On se contentera de suivre les gags provoqués par les chattes. Ce qui est ce qu’on retrouve toutes les saisons avec plus ou moins de succès.

Pour avoir vu l’OAV, l’humour marche plutôt bien avec l’adaptation des chattes dans le monde des humains. Le tout avec une pointe de dramaturgie (mais rien de grave, on reste dans un anime détente de tout). Et même si c’était mal dosé, j’avais bien apprécié l’expérience.

En bref : pour la détente, à voir

Kyokou Suiri (In/Spectre)

Adaptation du manga écrit par Kyou Shirodaira et illustré par Katase Chashiba et produit par le studio Brain’s base

Résumé

A l’âge de 11 ans, Kotoko Inagawa devient la médiatrice entre les humains et les youkais. Six ans plus tard, elle tombe amoureuse de Kurou Sakuragawa, un étudiant qui effraie les esprits. Flairant l’opportunité de se rapprocher de lui, elle le réquisitionne pour régler les soucis de divers youkais.

Mon avis

On ne va pas se mentir : ça ressemble beaucoup à xxxHolic, du moins dans ses prémices. Pour rappel, on retrouve une médium qui possède un assistant. Ensemble, ils résolvent les problèmes d’esprits avec une touche d’humour. Ce dont In/Spectre va clairement réutililser à foison et on le voit dans les trailers.

Cependant, xxxHolic acquiert un côté plus mature, ce que In/spectre ne va avoir (faute de temps). On restera sûrement sur une succession d’affaires à résoudre. En soi, avec l’humour et l’action, cela sera divertissant mais sans plus.

En bref : pas ouf mais je ne l’enterrerai pas trop vite

Darwin’s Game

Adaptation du manga écrit et illustré par FLIPFLOPs et produit par le studio Nexus

Résumé

La vie de Kaname Sudo bascule le jour où il accepte de participer au Darwin’s Game, une bataille royale entre étudiants. Ne parvenant pas à se retirer du jeu, il court pour sa vie au fur et à mesure que les autres le poursuivent.

Mon avis

Au début de la décennie, une grosse mode des jeux de survie s’emparait du manga (Doubt, Judge, King’s Game). Pour des résultats au mieux moyens, au pire catastrophiques (la purge de l’anime Ousama Game). C’est donc avec beaucoup d’appréhension que j’aborde Darwin’s Game, qui semble ne pas dépasser de la foule.

En bref : sans moi

Somali to Mori no Kamisama

Adaptation du manga écrit et illustré par Yako Gureishi et produit par le studio Satelight

Résumé

Le monde est désormais dominé par les esprits fantastiques alors que les humains sont persécutés. On suit l’histoire de Somali, recueillie par un golem et leur voyage dans la forêt.

Mon avis

Un anime qui respire la nature et la détente qui va avec. En cela, ça se rapproche beaucoup de Mushishi, Kino ou Made in Abyss (quand ça tourne bien) et on y retrouve les mêmes éléments. Un univers fantastique avec un accent très prononcé sur la nature, une ambiance calme mais qui cache des autres choses pas très jolies.

On se retrouve avec Somali, une petite fille abandonnée qui rencontre un golem…qui parle. Leur périple sera le centre de l’intrigue avec des rencontres entre le bestiaire fantastique. A voir si un sous-texte sera présent ou non, comme dans Kino où certains passages possédait un message évident.

En bref : pour la féerie du tout, j’y irai voir

Ishuzoku Reviewers

Adaptation du manga écrit par Amahara et illustré par masha et produit par le studio Passione

Résumé

Dans notre fandom, notre quotidien est rythmé par les guerres de waifu. Réglons ce débats une bonne fois pour toute avec nos quatre critiques … de bordels remplis de créatures fantastiques

Mon avis

L’anime ecchi en choquera plus d’un à juste titre, mais qui peut faire parti des animes drôles à la Prison School ou To Love Darkness. Mais à condition que le principe soit assumé jusqu’au bout. Ce qui n’a pas l’air d’être le cas, visiblement.

Certes, on a la censure habituelle mais est-ce qu’on verra des scènes de sexe à l’écran ? J’espère. Car après tout, les deux exemples que j’ai pris ont poussé leur vice tellement loin que c’en est devenu légendaire. Ici, ça m’a l’air d’une adaptation assez gentilette.

En bref : Un postulat bien beauf mais génial si poussé jusqu’au bout.

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.