Que animes faut-il voir en cet automne 2017 ?

Critiques 589
Angry Anime Birds fall 2017

Angry Anime Birds fall 2017

Après une saison d’été inhabituellement bien fournie, il est de passer à la seconde grosse saison de l’année en terme d’anime : l’automne. C’est donc reparti pour un tour d’horizon des animes de cet automne. Les règles sont les mêmes que d’habitude : pas de suite et avis 100% subjectif. 

Black Clover

Black Clover (2017)

Date de diffusion : 3 octobre

Adaptation du manga de Yuuki Tabata par le Studio Pierrot

Genres : Action, Comédie , Fantastique

L’adaptation du dernier shonen overmarketé en France. On en voyait absolument partout, à tel point que Kaze nous a littéralement saoulé avec. Donc avec toute cette communication, on a le droit de s’attendre à du très lourd. Et pas seulement en France. Puisque Black Clover, sorti en février 2015, traîne régulièrement dans le haut de classement du JUMP.

Mais, manga du JUMP oblige, le synopsis sent (beaucoup) le réchauffé. Dans un monde fantastique, deux garçons (Yuno et Asta) veulent devenir l’Empereur du Royaume de Clover. Même objectif mais personnages opposés. Si Yuno est un génie de la magie, Asta peine à maîtriser les sorts de base.  Lors de l’attribution des grimoires à leur école, Yuno reçoit un grimoire avec un trèfle à quatre feuilles, extrêmement rare voir légendaire. Alors qu’Asta repart les mains vides. Cependant, il va tomber sur un grimoire spécial : un livre noir qui permet de maîtriser l’anti-magie.

Et là, le manga qui me vient instantanément en tête, c’est Naruto. Un monde repose sur une force magique, le brun ténébreux génie de la classe, le blond nullos mais déterminé possédant une force maléfique, les deux voulant devenir le chef d’un pays. Remplacez certains mots par Hokage, Konoha, Naruto, Sasuke et Kyubi et vous obtenez l’histoire de Naruto. Ce qui est très loin d’être rassurant pour un manga qui a hérité du slot de son prédécesseur 4 mois après sa fin. De plus, il marche en terrain connu, devant rapidement se distinguer des autres shônens.

N’étant pas un fan des shônens, la série ne me tente pas plus que ça. Car cela va vite partir au jeu des similarités plutôt que celui des différences. Bien que l’univers puisse s’étoffer, le scénario semble cousu de fil blanc, étant donné qu’absolument rien ne donne un semblant d’originalité à l’oeuvre.

PS : Quitte à refaire un Naruto, ne refaites pas une Sakura, par pitié.

Dies Irae

Day of Wrath

Date de diffusion : 7 octobre

Adaptation du Visual Novel développé par Light par le studio A.C.G.T

Genres : Action, Magie

Le 1er mai 1945, pendant que Berlin tombe aux mains de l’Armée Rouge, des nazis invoquent l’Ordre des 13 Lances, des surhommes censés détruire le monde. Aucune nouvelle d’eux jusqu’en 2006, où on suit Ren, lycéen lambda, qui se retrouve à l’hôpital après une bagarre avec Shirou. Pendant son séjour, Ren fait le même cauchemar : des massacres, des hommes en noirs, sa décapitation. Vient alors les mots de son ami : « Toute la ville va perdre la tête ».

Bon, on se retrouve avec le syndrome du lycéen lambda, soit un mec normal qui se trouve mêlé dans des histoires sordides. Il va d’ailleurs sûrement être le héros qui va sauver tout le monde. Pareil pour Shirou, dont il est fort probable qu’il fasse parti de cette ordre. Ordre qui n’a aucun autre objectif à part détruire le monde. Donc, pourquoi ils ont attendu un demi-siècle pour mettre à l’exécution leur plan ? Je sais pas mais ils auraient pu profité du chaos pour foutre encore plus la merde.           

Au delà du scénario peu intéressant, la violence de l’oeuvre est très mise en avant dans les trailers. Le sang, l’ambiance sombre, la musique métal (dans le 1er PV) ou orchestrale (dans le second). Mais une atmosphère sombre ne fait pas un anime mature. Et encore plus quand il n’y a rien derrière, que c’est gratuit.

Il peut proposer des bonnes choses mais il en faudra beaucoup pour me convaincre.

Just Because

Just Because 2017

Date de diffusion : 5 octobre

Anime original du studio Pine Jam

Genres : Romance

Quatre lycéens qui arrivent à la fin de leurs études et se posent des questions sur leur avenir. Mais ça rappelle Tsuki ga Kirei, dites-moi. Par contre, de la dire que la comparaison est simple, rien n’est sûr. Car Tsuki ga Kirei ne payait pas de mine avec son scénario méga basique. Mais il a su nous séduire avec son ambiance et ses personnages. Tout parce qu’il y avait un vrai réalisateur expérimenté dans le domaine : Seiji Kishi.

Ici, Atsushi Kobayashi plonge dans l’inconnu le plus total. Mais il est accompagné d’Hajime Kamoshima, auteur de Sakurasou no Pet na Kanojo qui avait reçu un bon accueil. En dehors de ça, en tant que slice of life, on pourra juger qu’après visionnage. Je le donne sa chance.

 

 

 

 

 

Last Hero Inuyashiki

Last Hero Inuyashiki

Date de diffusion : 13 octobre

Adaptation du manga d’Hiroya Oku par le studio MAPPA

Genres : Action, Science-Fiction, Drame psychologique

Ichirou Inuyashiki est un vieil homme à la vie bien remplie : deux enfants et une carrière respectable d’employé de bureau. Cependant, ses enfants l’ignorent et il est considéré comme un pathétique vieillard. A 58 ans, Ichirou vit un véritable cauchemar, mis au ban par tous y compris ses êtres les plus chers. Calvaire bientôt terminé car son médecin lui diagnostique un cancer en phase terminale. Alors qu’il déprime sur sa vie de merde sur une balançoire, une météorite s’écrase sur lui. En plus de le tuer, elle le ressuscite en cyborg avec des super pouvoirs. De vieux schnock mourant, il devient un super héro.

Nouveau manga de l’auteur de Gantz, Last Hero Inuyashiki nous propose une histoire avec un héros bien atypique. A la place d’un jeune rejeté de la société, on se retrouve avec un vieux dans le même cas. Si la différence d’âge trouble, on finit très vite par s’attacher à lui pour deux raisons. La première est qu’il vit les mêmes problèmes qu’un jeune : le rejet de la société. Et c’est encore pire à cause de sa vieillesse : galérer toute sa vie pour … ça. 

Heureusement pour lui, il a le droit à une seconde chance. Et là, la question se pose : Va-t-il se venger de ses détracteurs ou bien devenir un super héros ? Si la seconde option est la plus logique (protagoniste oblige), elle n’est pas évidente. Surtout qu’il est loin d’être le seul à être dans ce cas. En dehors de ce dilemme, l’histoire semble se résumer assez vite à cela.  

Niveau réalisation, deux réalisateurs sont aux commandes. Le premier est Keiichi Satou, qui a dirigé d’autres animes de super héros comme Tiger & Bunny. Et le second est Shuuhei Yabuta, en charge de la 3D sur SNK et No Game No Life. D’ailleurs, l’influence du deuxième est très visible : l’anime semble avoir pris l’option de la 3D. C’est en tout cas ce qui ressort du trailer. 

Même si la 3D n’est pas ma tasse de thé, l’histoire pourrait rattraper ce désintérêt. A voir.

King’s Game

Ousama Game

Date de diffusion : 5 octobre

Adaptation du manga d’Hitori Renda et de Nobuaki Kanazawa par le studio Seven

Genres : Mystère, Horreur, Drame, Surnaturel

Ou l’exemple de l’échec prévisible. Oui, je n’ai même pas écrit ni jugé le résumé que l’anime est déjà mal engagé. Le studio Seven n’a jamais produit de série TV : seulement des animes courts et des hentais. De plus, le staff n’ont fait que très peu de travaux. Par exemple, King’s Game n’est que le second travail du réalisateur. Cela traduit le budget réduit de l’anime, qui a (quand même) Mamoru Miyano au cast. A croire que tout l’argent est passé dans son salaire.

Nobuaki Kanazawa est un lycéen transféré dans un nouveau lycée après de troublants événements survenus dans son ancien établissement. Suite à ça, il a développé une certaine distance envers les autres. Mais au fil du temps, il va s’ouvrir et s’attacher à ses nouveaux camarades. Un beau jour, toute sa classe reçoivent un SMS du « roi » et les invitent à jouer à un jeu du roi. Le jeu du roi est un jeu très populaire où des personnes doivent exécuter les ordres d’un roi désigné au hasard. Au départ, les ordres sont des simples gages mais ils vont vite devenir de plus en plus malsains. Et gare à ceux qui comptent se défiler car la mort les attend.

Un scénario sombre qui malheureusement vole facilement en éclats. Déjà, ce n’est qu’un détail mais donner à son personnage son propre nom, c’est pas top (mais bref). L’anime semble être victime du syndrome Another. C’est à dire que, vu que tout le monde (ou presque) va mourir, pas besoin de s’attacher à eux et ça tourne au jeu de « comment il vont mourir ? ». De plus, notre cher Nobuaki semble être au courant de toute cette histoire. Alors il a intérêt à informer ses camarades pour leur bien et celui du scénario. Enfin, N’ALLEZ PAS VOIR LES TRAILERS car ils spoilent un aspect fondamental de l’intrigue. A savoir qui est le fameux roi.

Mon avis sur King’s Game est comme son scénario : pas très rassurant.

Boku no Kanojo ga Majimesugiru Sho-bitch na Ken

Sho-bitch

Date de diffusion : 12 octobre

Adaptation du web manga de Namiru Matsumoto par le studio Diomedea

Genres: Comédie Romantique

Le traditionnel anime ecchi à l’humour plus que douteux. Qui ne paie pas de mine, qui plus est. Haruka Shinozaki décide de se confesser à Akiho Kousaka. Elle accepte de sortir avec lui. S’en suit toute une série de malentendus sexuels. FIN !

Non mais sincèrement, il n’y a rien à dire. On connaît la musique : le mec va avoir un harem, il va enchaîner les situations cocasses, il va toutes les ignorer sauf la première et blabla. Surtout que le pire, c’est que ça n’a pas drôle : je n’ai même arraché un sourire devant le trailer. Trailer qui est un des pires que j’ai vu. Il est d’une mollesse, mon dieu. Ok, la meuf a une personnalité de poisson mort qui dégaine des punchlines mais comme tous les autres ont littéralement rien à foutre, les blagues tombent à plat.

L’image résume l’anime : des filles intéressé par la bite du héros #TropSubtil

 

 

 

Kino no Tabi

Kino no Tabi (2017)

Date de diffusion : 6 octobre

Remake de l’anime de 2003, adaptation du roman de Keiichi Sisgawa et de Kouhaku Kuroboshi par le studio Lerche

Genres : Action, Aventure, Tranche de Vie

Véritable chef d’oeuvre du voyage initiatique, Kino no Tabi revient cette année 14 ans après le premier anime. D’ailleurs, la nécessité de ce remake est la grosse interrogation de cet anime. Parce que Kino no Tabi est très loin d’avoir la communauté la plus active (même s’il est reconnu comme étant de très bonne qualité). Seconde interrogation sur le contenu. Est-ce que le remake va proposer du nouveau contenu ? Je l’espère mais je reste méfiant. En revanche, l’ambiance reste la même : une atmosphère de détente qui invite à la découverte.

Avec le peu d’informations à disposition, difficile de dire si les nouveaux fans d’animes et ceux qui ont déjà vu le premier anime vont apprécier ce reboot.

 

 

 

 

Imouto sae Ireba Ii

A Sister's All You Need

Date de diffusion : 8 octobre

Adaptation du Light Novel de Yomi Hirasaka et Kantoku par le studio Silver Link

Genres : Comédie Romantique

Une histoire entre un frère et une soeur qui écrive des LNs avec le mec qui fantasme sur sa propre soeur.

OH

MON

DIEU

SORS DE CET ANIME, EROMANGA-SENSEI

Mon avis est catégorique. Que cela soit Oreimo ou Eromanga-sensei, tout les animes d’inceste sont voués à l’échec. Surtout que celui-ci s’oriente vers la comédie. Donc, avalanche de blagues douteuses en vue. Tout ça pour une relation que l’anime ne va assumer. Tout un programme.

Petite lueur d’espoir : le réalisateur Shun Oonuma qui a dirigé toute une flopée d’animes dont Baka to Test, ef, Tasogare et Watamote. Toutes les chances d’avoir un bon anime repose sur toi.

 

Au final et à ma grande surprise, cette saison est assez pauvre en terme de qualité. Hormis la ribambelle de suite (Food Wars, Kekkai Sensen, Sangatsu no Lion), très peu d’anime se distinguent. Les séries dans lesquels j’ai le plus d’espoir sont Inuyashiki et Just Because. L’un pour voir si MAPPA va rester sur sa belle série et l’autre parce que Tsuki ga Kirei m’a fait vibrer. Et vous, quels animes allez-vous regarder ?  

Database d'anime, de seiyuu et d'opening sous forme humaine. Spécialiste en industrie anime/manga. Joueur de LLSIF à ses heures perdues. Trouvable sur Twitter (@RequiemForFemto) et MAL (xxxPhantom).