Quels animes de saison faut-il voir ? (été 2018)

Preview

Si juillet rime avec les phases de la Coupe du monde, il correspond aussi au début des animes de l’été. Et malgré les apparences, cette saison d’été rengorge de quelques découvertes. Tout d’horizons des animes de l’été 2018. Et comme d’habitude, pas de suites. Donc, à plus, SNK 3, FLCL et Overlord.

Satsuriku no Tenshi (Ange l of Death)

Adaptation du manga scénarisé par Makoto Sanada et dessiné par Kudan Nazuka par le studio J.C Staff. Diffusion chez Crunchyroll.

Résumé : Une jeune fille nommée Rachel se réveille, amnésique, dans une usine abandonnée. Dans son errance, elle rencontre un jeune homme armé d’une faux, Isaac. Les deux vont s’associer pour trouver une échappatoire à cet endroit. Mais ils sont loin d’être seuls dans ce bâtiment.  

Mon avis : Un anime qui cache très bien son jeu. Si bien que j’ai du mal à me prononcer. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il s’agira d’un survival game, un genre qui n’enchante plus grand monde. Après les flops qu’ont été King’s Game ou autre Another. Ajouté à cela, les autres personnages semblent nous dire que ce sera une battle royale. Soit un autre style casse-gueule qui sert souvent de prétexte aux scènes gores.

Et vu la pauvreté du synopsis et des personnages excentriques au possible, l’anime semble prendre cette direction. Isaac fait plus rire que peur. En même temps, prendre le seiyuu de Bakugo de My Hero Academia, ça n’aide pas pour la crédibilité. L’ambiance est malsaine, les personnages sont enfermés. Tout est donc prêt pour que le sang coule. C’est un genre d’anime qui ne m’inspire pas confiance. Car aucune piste intéressante n’est lancée dans le trailer. Du coup, on peut s’attendre à tout, surtout au pire.

Isekai Maou to Shoukan Shoujo no Dorei Majutsu

Adaptation du light novel écrit par Takahiro Tsurusaki et dessiné par Yukiya Murasaki par le studio Ajin-Do. Diffusion chez Crunchyroll.

Résumé : Dans le MMO Cross Reverie, Takuma est un joueur tellement fort que les autres le surnomment Diablo. Un beau jour, il se fait téléporter dans le jeu par deux jeunes femmes, qui se disputent. En effet, Takuma a été invoqué par ces dernières, devenant leur esclave. Mais COUP DE THÉÂTRE, son habilité “Réflexion magique” inverse sa relation maître-esclave. Avec ses deux nouvelles compagnes, il va donc aller explorer ce monde inconnu. Et ce, malgré ses pauvres compétences de communication.

Mon avis : Toutes les cases du bingo de l’isekai sont remplies ! Le personnage super puissant, les filles à ses pieds, le MMO, un monde fantastique. Il manque plus que l’une des filles soit princesse et c’est carton plein. Est-ce que cela m’intéresse ? La réponse dans cet article exclusif.

Island

Adaptation du Visual Novel de Front Wing par le studio feel. Diffusion chez Crunchyroll.

Résumé : Urushima est une île dirigée par 3 puissantes familles. Mais suite à une série de malheurs, elles sont rejetées par les habitants, entraînant le déclin de l’île. Le seul espoir : faire collaborer les 3 héritières en conflit. Et c’est là qu’intervient Setsuna, qui prétend venir du futur.

Mon avis : « Adaptation de visual novel », grosse appréhension d’entrée. Parce que la plupart du temps, les adaptations de VN ont tendance à condenser l’œuvre de base pour que tout le monde soit content. Parce qu’un VN possède des choix à faire qui influe sur la partie. Cependant, compresser plusieurs dizaines d’heures en 12 épisodes, cela dessert le développement des personnages, qui est survolés.

Avec Island, on devine vaguement que l’anime a décidé de se concentrer sur une seule fille. Certes ce n’est pas un gage de qualité, on est pas à l’abri du développement de chacune d’entre elles. Mais il est sur la bonne voie. Sinon, le reste laisse songeur. Un garçon random qui vient du futur pour aider une île inconnue. Difficile à avaler, surtout l’aspect du voyage temporel, qui sort de nulle part.

Harukana Receive

Adaptation du manga de Nyoijizai  par le studio C2C. Diffusion chez ADN.

Résumé : Haruka a une passion : le beach-volley. Un loisir qui pourra pratiquer à fond quand elle débarque à Okinawa. Kanata, sa cousine, était elle-aussi un fan de volley. Cependant, à cause de sa petite taille, elle a décidé d’arrêter. Haruka parviendra-t-elle à convaincre Kanata à la rejoindre pour participer à un tournoi ?

Mon avis : Un anime de sport avec que des filles en bikini, ça sent l’excuse pour caser un maximum de fanservice, n’est-ce pas ? Ce serait jugé un peu trop tôt Harukana. Car certes les filles sont en maillot, mais cela est justifié par le scénario. Histoire qui ne casse pas des briques : on reste sur un shônen sportif somme toute assez simple. Avec un arc de tournoi, l’amitié entre cousines, le dépassement de soi. Toussa toussa.

Mais sa grande force est que Harukana est un anime qui sent bon l’été. Le soleil, la plage, le volley. Les éléments sont là pour nous dépayser dans notre écran. Enfin, la musique se trouve d’être de bonne qualité. A la guitare et en anglais, elle ajoute un plus à l’anime. Qui pourrait finir par en convaincre plus d’un (du moment qu’il dépasse le premier jugement).  

Hanebado

Adaptation du manga de Kousuke Hamada par le studio LIDENFILMS. Diffusion sur Crunchyroll.

Résumé : Ayano Hanasaki est une élève de seconde très douée en badminton, bien qu’elle n’en ait jamais pratiqué. Elle va rencontrer Nagisa Aragaki, une terminale qui souhaite la meilleure joueuse de badminton du pays. Poussé par elle-même ainsi que son coach, Ayano va rejoindre le club de badminton.

Mon avis : Encore un anime de sport, et encore avec des filles. Comme pour Harukana Receive, l’histoire est d’un classique absolu. Ayano a un talent exceptionnel dans le badminton, qui intéresse le club. Elle ne veut pas le rejoindre mais elle finit par accepter. Ce qui permettra à l’équipe de gagner un championnat. FIN.

Et comme pour son homologue, Hanebado mérite d’être visionné pour deux raisons. La première est le sport en lui-même. A savoir le badminton, un sport inédit dans le monde de l’animation. Un sport que tout le monde connaît de loin. Mais quand il faut expliquer les règles compétitives, plus personne à l’horizon.

Ensuite, l’animation mis en avant par le trailer dégage beaucoup d’intensité. Un important soin a été appliqué aux bruitages : les impacts, les crissements de parquets. Et pour les graphismes : la sueur, les lumières (qui sont assez sombres). Ce qui donne un côté très réaliste à l’anime. Un peu comme Haikyuu : pas de « pouvoirs » ou de techniques ultra pétées. Et sincèrement, Hanebado n’en a pas besoin pour proposer quelque chose d’intéressant.

Yuragi-sou no Yuuna-san

Adaptation du manga de Miura Tadahiro par le studio Xebec

Résumé : Kogarashi Fuyuzora a le don de voir les esprits. Etant en piètre condition financière, il est obligé de loger dans une auberge hantée. Les rumeurs disant qu’une lycéenne y serait morte. Et contrairement à ce qu’il pensait, la pension est loin d’être déserte : il est occupé par des femmes sexy. Alors qu’il prend un bain, il tombe sur le fameux fantôme de la pension : Yuna. Qui a bien l’intention d’utiliser l’aide de Kogarashi pour accomplir ses dernières volontés.

Mon avis : L’héritier spirituel de To Love Ru débarque en anime. A moins qu’il soit son frère caché. Car il faut bien l’avouer : le synopsis de Yuragi-sou ressemble trait pou trait à son aînée. A la différence près qu’il s’agit d’un fantôme au lieu d’un alien.

Du coup, inutile de dire que le scénario ne sera pas le point fondamental de l’anime. En pur ecchi, l’action sera focalisée sur le harem de Kogarashi pour obtenir sa bite son amour. Ce qui en soi n’est pas totalement inintéressant. La preuve avec Monster Musume et To Love Darkness qui est arrivé brio à rendre agréable un anime harem.Et pour que Yuragi-sou suive la même voie, il faudra que l’anime joue le jeu du fanservice à fond. Parce qu’au fond, on sait tous que les filles veulent satisfaire leurs appétits sexuels.

Grand Blue

Adaptation d’un manga scénarisé par Inoue Kenji et illustré par Yoshioka Kimitake par le studio Zero-G

Résumé : Iori Kitahara s’apprête à entamer sa première année à l’université de la ville côtière d’Izu. Son oncle, propriétaire d’une boutique de plongée, accepte de l’héberger. A lui, la liberté, les filles et les souvenirs inoubliables …

Enfin, ce qui ne risque pas d’oublier, ce sont les membres musclés du club de plongée de son université qui débarque chez lui. Pris par l’euphorie de la fête, il décide de rejoindre ce club, loin de tout repos.

Mon avis : Alors là, on s’attaque à un anime qui va être plébiscité par beaucoup. Grand Blue est une comédie. Certes. Mais écrite par les mecs derrière Baka to Test et Amagi Brillant Park. Deux animes hilarants que je vous recommande de voir.

Par conséquent, est-ce suffisant pour dire que Grand Blue sera un succès ? Bien sûr que non. Et la plupart du temps, impossible de juger le potentiel d’un anime comique. Ils préfèrent donner le minimum d’infos pour ne pas gâcher des blagues au moment de la diffusion.

C’est avec les trailers qui m’a permis de trancher. Le premier est un magnifique clip, mettant en avant la beauté des profondeurs. La musique calme et douce, les effets crayonnés. Une véritable invitation à la détente. Et un bon moyen au studio de montrer de quoi il était capable.

Avec le second, on voit enfin l’humour de l’anime. Loin d’être gras (alors que l’anime est constitué de beaux bébés), il reste attaché aux réactions exagérées et aux visages difformes. Ce qui demande un peu plus de finesse. Combiné à l’aspect apaisant de la plongée, l’humour et la série vont faire mouche cette saison.

Tenrou: Sirius the Jaeger

Œuvre originale du studio P.A Works

Résumé : Les vampires sévissent dans un Tokyo alternatif des années 30. Les Jaeggers sont chargés de les traquer. Un jour, Yuliy intègre l’équipe. Il s’agit d’un loup-garou voulant découvrir le secret de l’Arche de Sirius.

Mon avis : Il y a tellement peu d’informations que j’ai dû mal à dire à penser quoi que ce soit. A part que les animes de vampire, c’est plutôt l’apanage des otome game. Sinon, le fait qu’il s’agisse d’un anime original m’enthousiasme plus. En plus, fait par P.A Works, qui est derrière Nagi no Asukara (un anime à voir).

Hormis cela, le trailer nous montre que l’anime sera bien sanglant. Mais ça, à la limite, on peut le considérer comme normal. L’univers semble un minimum construit : les vampires possèdent une hiérarchie claire. Et en attendant le second trailer, c’est tout ce que l’on a à disposition.

Banana Fish

Adaptation du manga d’Akimi Yoshida par le studio MAPPA

Résumé : Ash Lynx est un beau jeune homme à la tête d’une mafia. Un jour, il reçoit d’un homme mourant une étrange substance. Accompagné par ses derniers mots : « Banana Fish ». Peu après, il se fait pourchasser par les gangs du monde entier. Avec le photographe Eiji Okamura, il va tenter de comprendre pourquoi il se fait traquer. Et découvrir la vérité derrière cette matière.

Mon avis : A première vue, difficile de croire que cet anime est l’adaptation d’un shôjo, des années 80 qui plus est. Le scénario s’installe dans un contexte de mafia. Un milieu de bonhomme, donc. La traque du personnage principal nous fait croire à un thriller intriguant, qui recèle plein de mystères.

Cependant, les images shoujo-esques vient briser cette tension. A commencer par les personnages bishônens à la limite de ceux que l’on trouve dans les yaois. Ce qui n’aide pas à rendre l’atmosphère plus lourde. Et ce n’est pas les couleurs vives qui va y contribuer.

Banana Fish nage entre deux océans : celui du thriller sombre et celui de l’anime coloré. Un mélange déroutant mais pas dénué d’intérêt.

Chio-chan no Tsuugakuro

Adaptation du manga de Tadataka Kawasaki par le studio Diomedea. Diffusion chez ADN.

Résumé : Nous suivons la vie de Chio Miyamo, une lycéenne très préoccupée par des problèmes existentielles. Comme sécher les cours sans se faire griller, se taper contre un groupe de motard et bien plus encore.

Mon avis : Au lieu de faire un petit texte, je vous laisse admirer le trailer. C’est déjanté, ça n’a aucun sens et c’est ça que l’on aime !

Hataraku Saibou (Les Brigades Immunitaires)

Adaptation de manga d’Akane Shimizu par le studio David Production. Diffusion chez Wakanim.

Résumé : Saviez-vous que le corps humain est composé d’environ 40 trillions de cellules ? Et leur quotidien est loin d’être de tout repos. Accompagné de deux globules (un rouge et un blanc), nous découvrirons les entrailles du corps humain. Ainsi que leurs luttes contre les diverses maladies.

Mon avis : La version japonaise d’Il était une fois la vie, dessin animé qui a bercé l’enfance de beaucoup. Il apparaît évident que le postulat intéressera beaucoup de monde. Un anime qui parle de santé, ça touche un public large.

Ou plutôt à ceux qui sont rodés à l’animation japonaise. Car anime oblige, les lieux communs au média sont présents. Du globule rouge maladroit au globule blanc froid (mais gentil au fond) , en passant par les lolis plaquettes. Pas de doutes : on sent la touche nipponne.

Par son thème très bien documenté aux vues du trailer, l’anime mérite un coup d’œil. Un dernier argument pour vous convaincre ? C’est réalisé par le réalisateur des Jojos.         

Asobi Asobase

Adaptation du manga de Rin Suzukawa par le studio Lerche. Diffusion chez Crunchyroll.

Résumé : Nous suivons les débilités d’Hanako et Olivia, qui s’adonnent à plusieurs jeux. Ce qui est loin de réjouir la studieuse Kasumi.

Mon avis : Seiji Kishi, l’homme derrière Assassination Classroom et Seto no Hanayome, est de retour. Avec un anime dans la même veine que Chio-chan, que l’on abordé plus haut.

A l’instar de Chio-chan, l’humour absurde laisse place au comique de situation. Vu que le lieu de l’action semble être toujours le même, cela ressemblera à une série de sketchs. Un peu comme Joshiraku ou Plastic Nee-san. Ce qui est à double tranchant. Soit ça marche et c’est mémorable. Soit cela tombe à plat et la redondance se fait ressentir.

Au niveau visuel, on sent vraiment la patte visuelle de Tsuki ga Kirei, le côté cheap en moins. Très lumineux et surtout, les traits sont assez fins. Et l’anime joue habilement avec le trait mignon pour exagérer les scènes drôles. 

Mes choix finaux

 

Cette saison d’été sera placé sous le signe de l’humour délirant et du sport. A mon sens, Grand Blue, Chio-chan, Harukana Receive et Hanebado dégagent le plus de potentiel. Toutes proportions gardées car la diffusion confirmera si ces prédictions se sont avérés vraies ou non.  

Et vous, quels animes allez-vous regarder cet été ?

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Database d'anime, de seiyuu et d'opening sous forme humaine. Joueur de LLSIF à ses heures perdues. Trouvable sur Twitter (@RequiemForFemto) et MAL (xxxPhantom).

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.