Comment rencontrer l’amour en ligne (ft Net Juu no Susume)

Anime Review
net juu no susume logo

net juu no susume logo

Tout le monde à un némésis. Mais si, cet anime qui vous a profondément saoulé au point de cracher de manière systématique. Pour certains, c’est Mirai Nikki et pour moi, c’est SAO. Je ne comprends toujours pas pourquoi il a eu autant de succès. Enfin si, mais cela ne compense ses énormes défauts. Et malheureusement pour moi, SAO a ouvert la voie aux animes parlant de jeu vidéo, de MMO plus exactement. Le schéma le plus souvent employé est celui de l’isekai. Ou le fait d’être coincé dans le jeu. Mais il y a aussi celui de la comédie où le jeu sert de point de chute aux personnages.

Net juu no Susume (ou Recovery of a MMO Junkie) est un anime de 10 épisodes. Il est adapté du web manga de Rin Kokuyou comptant aujourd’hui plus d’une centaine de chapitres. L’histoire raconte la vie de Moriko Morioka, une employée de bureau qui a décidé de quitter son travail. Pour occuper ses journées de NEET, elle se lance dans Fruit de Mer, le dernier MMO populaire du moment, sous le pseudo de Hayashi. Mais comme elle est nulle, elle n’arrête pas de mourir. Heureusement pour son avatar masculin, elle va rencontrer Lily, une healeuse qui va l’accompagner dans son aventure.

Vu comme ça, on pourrait s’attendre à un nouvel anime de MMO. Le personnage est devenu un NEET par sa propre volonté pour fuir sa vie de merde qu’il avait. Elle va donc passer toutes ses journées dans le jeu, y rencontrer des compagnons et voir que tout ça vaut mieux que tout ce qu’elle a pu vivre IRL. Ce qui est partiellement vrai mais agréablement surprenant.

Les MMO enfin valorisés

Le premier aspect qui m’a beaucoup plu dans Net Juu no Susume est le contre-pied qu’il prend par rapport aux autres animés du genre. Par exemple, quelque chose qui m’a saoulé dans SAO et Log Horizon, c’est la disparition de l’aspect IRL. Certes ils sont coincés dans le jeu, mais on sait jamais comment ils étaient avant. L’anime se focalise sur leur avatar virtuel et ce qu’ils accomplissent avec. Au point que les personnages oublient de se demander ce qu’il se passe dehors. Alors que des gens doivent s’inquiéter pour eux (enfin, je l’espère).

Net Juu no Susume est le premier anime dans lequel les MMO sont présentés de manière modérée. Certes, il faut y passer beaucoup de temps, mais on reste dans une certaine forme de mesure. Chacun des personnages possède un vie en dehors et cet aspect n’est jamais négligé dans l’anime. Ils sont étudiants, employés, mariés. Les personnages sont des adultes avec les problèmes qui vont avec. Ce qui donne un ton plus mature (même si on reste globalement dans la légèreté). 

Le meilleur exemple de cela est Moriko. L’anime pose d’entrée les raisons de son choix de vivre comme une recluse. Dans son ancienne boîte, elle travaillait énormément, cumulant les heures supplémentaires. Au point de littéralement craquer en larmes devant des clients et de délaisser son jeu favori (qui a fermé). Au moment de quitter son emploi, on voit qu’elle ne le regrette pas une seconde. Mais pour autant, l’anime ne nous balance pas une morale déresponsabilisante comme “l’entreprise, c’est la mort”.

net juu no susume episode 2

Ce n’est un secret pour personne, les cas de karoshi (ou mort pour overdose de travail) inquiètent au Japon. Même s’ils ne sont pas fréquents, les salariés se doivent consacrer une grosse partie de leur temps à celui-ci. Négligeant au passage leurs relations de couple, leur famille, leurs hobbies. Le message est loin d’être inconnu de tous, mais il donne un grand coup de frais en comparaison d’un autre trope surutilisé (et que je déteste). Le cas de l’hikikomori maltraité à l’école qui se réfugie dans le MMO pour fuir sa vie de merde.

Dans le cas précédent, le personnage est au service du MMO, en s’intégrant dans ce dernier. La vie du perso se résume à son avatar dans le jeu. On le suit découvrir l’univers ainsi que les principales mécaniques. De plus, il va rencontrer des alliés qui vont lui permettre de devenir l’un des piliers du jeu en maîtrisant les subtilités de ce dernier. Et là, je viens de résumer 99 % des isekais de ces 5 dernières années.

C’est très loin d’être le cas dans Net juu no Susume. Le jeu à beau être un élément essentiel de l’animé, il est au final assez peu développé. On ne sait pas grand chose sur son univers et encore moins comment il marche. Les seuls éléments montrés sont classiques dans n’importe quel MMO : le bestiaire fantastique, les guildes, les donjons. Rien de transcendant en soi. En revanche malgré son caractère générique, il est agréable de s’y projeter. L’ambiance y est légère, colorée et les décors sont fournis de détails. Même si Fruit de mer aurait pu avoir plus de profondeur, il n’est qu’un cadre pour ce qui est le plus réussi (et le plus important) : les personnages.

Les persos possèdent un minimum de background. On sait ce qu’ils sont dans la vraie vie et pourquoi ils sont là. Montrant que même s’il s’agit d’un exutoire, ils savent prendre du recul à celui-ci. Ce qui les rend plus réalistes car ce sont des gens “normaux”. Pas des putains de cas sociaux. Par exemple, Lilac (la fille aux cheveux violets pâles sur l’image) est une étudiante qui aime les MMO parce qu’elle peut y rencontrer des gens IRL. Cela semble très bateau mais c’est suffisant pour comprendre un minimum le personnage.

Par contre, tous les personnages ne bénéficient pas de ce traitement. Les pires exemples étant Himeralda et Pokotaro. Ils sont certes secondaires mais ils auraient mérités un peu d’approfondissement. Parce que ce sont des personnages loin d’être inutiles. En effet, ils servent de confidents aux divers personnages, portant au passage le rôle de conseiller (ou d’entremetteur, c’est selon). De plus, les deux sont mari et femme IRL. Montrer leur vie de couple aurait été un beau bonus. Car ils sont marrants à suivre et ça aurait un petite entrevue de la suite (on en parle après).

Au final, on se retrouve avec une bande de personnages auxquels on s’attache très rapidement. Car on croit à leur existence, tout simplement. Que cela soit dans le jeu ou en dehors, chacun d’entre eux possèdent une personnalité loin des clichés. Et bordel que ça fait du bien au moral (à ne pas prendre hors contexte, merci).

La relation entre Moriko et Yuta

Tiens, parlons des personnages principaux. J’avais déjà commencé à l’aborder avant, mais on va continuer avec Moriko. Ou plutôt Hayashi. Car oui, la demoiselle s’est faite un avatar masculin pour trancher avec ce qu’elle est réellement. D’un côté, il y a la chômeuse pas maquillée, mal fringuée et de l’autre, un beau gosse trop cool. Mais qui va beaucoup essuyer les plâtres. Grosse noob qu’elle est, elle va se défoncer par absolument tous les minions de merde. Jusqu’à ce qu’elle rencontre Lily, qui est une healeuse expérimentée dans le MMO. Prenant le fringuant jeune homme en pitié, elle décide de le prendre sous son aile et de l’accompagner dans sa quête de skill. Au fur et à mesure des donjons, les deux vont se lier “d’amitié” et vivre des aventures palpitantes.

net juu no susume hayashi lily

Amitié en gros guillemets parce que c’est très très loin d’être JUSTE que ça. En effet, les choses vont très vite prendre une allure romantique entre les deux avatars. Ils s’offrent des cadeaux très précieux, ils partagent des moments en tête à tête, ils passent énormément de temps ensemble, ils ont les mêmes tenues. Tuez-moi si c’est pas un couple puissance 1000. Super mignon et innocent qui plus est mais sans pourtant être niais. Car ils sont appréciables pour les mêmes raisons que les personnages dont on a déjà parlé plus haut. Les deux sont attachants, réalistes et on sent que ce sont de vraies personnes derrière.

Derrière Hayashi, il y a Moriko. On en a aussi commencé à en parler précédemment mais ce n’était qu’une partie partie du personnage. La trentenaire est un personnage très amusant à suivre pour plusieurs raisons. On va pas se le cacher, voir une femme assez jolie jouer à un MMO, c’est un sacré bol d’air frais comparé à ce qu’on a l’habitude de voir. A savoir le jeune émo de 15 ans mal dans sa peau. En plus, elle est très honnête dans sa manière de jouer. Hayashi, c’est elle mais en mec. Du coup, les réactions que Hayashi, on les suit aussi avec Moriko. Ce qui donne une chiée de réactions drôles. Comme elle fantasmant sur son propre avatar avec Lily.

net juu no susume meme

Ce qui nous mène inévitablement à la question suivante : qui est derrière l’avatar de Lily ? On voit clairement que Moriko s’est attachée à la présence de Lily, qu’elle est importante à ses yeux. Quand bien même elle n’existe pas réellement. Le mystère reste entier. Enfin, pas pour très longtemps. Alors que Moriko va aller se chercher des médocs après avoir joué tard le soir, elle va se faire percutée par un salaryman un poil pressé. Elle se retrouve à l’hosto et celui qui l’y a amené (et qui lui est rentré dedans) est Yûta Sakurai. Le beau gosse blond va lui donner son numéro pour pouvoir le contacter si jamais. Et ça aurait pu s’arrêter là … mais non.

En effet, pour les 2/3 débiles qui n’auraient pas connecter les fils, Yûta est Lily. Et c’est même pas un spoil vu que l’anime vous le fait sous-entendre aussi subtilement qu’une baleine dans un aquarium. Le titre du premier épisode est “♀ IRL, ♂ Online”, montrant le travestissement de Moriko dans le jeu. Il est alors évident que si l’un est possible, l’inverse l’est tout autant. Surtout quand il y a un dialogue sur le sexe probable des personnages. Ce qui nous préparait au fait que Lily était potentiellement un homme. 

Moriko et Yûta sont deux personnages très bien développés. On a même l’impression de les connaître depuis toujours. Et ça, c’est grâce à leurs avatars. Car comme dit précédemment, même s’ils sont totalement opposés de ce qu’ils sont IRL, leurs personnalités sont les mêmes. On apprend à les connaître à la fois online et IRL. 

Moriko est quelqu’un qui manque cruellement de confiance en soi. Elle se trouve minable, moche et conformiste. Durant toute sa vie, elle a fait un boulot de merde et maintenant elle est au chômage, qui est une condition de merde. Même si elle l’embrasse pleinement, elle en est consciente et ça la travaille. Avec Hayashi, son objectif était de s’éloigner le maximum de ce qu’elle est en vrai. Ce qu’elle ne va absolument pas réussir à faire. Dans ses instants de bonheur, elle ne retient pas ses émotions ni ses compliments. Tandis qu’elle se laissera à quelques moments de déprime par ci par là. L’anime nous montre cette dualité avec une séquence avec Hayashi puis avec Moriko. Mais dans les deux cas, devant Lily qui est là pour l’écouter. 

net juu no susume lily

De l’autre côté, Yûta est un salaryman de tout ce qu’il y a de plus classique. Sérieux, responsable, investi dans son travail. Lily lui permet de se détendre en s’éloignant le plus possible de ce qu’il est réellement. Mais encore une fois, la personnalité de Lily n’est que le prolongement de celle de Yûta. Les gens ont une tendance à se confier naturellement à lui car il ne les juge pas et sa présence est rassurante. Cette sérénité se dégage par le côté mignon de Lily d’une part et par le compassion naturel de Yûta de l’autre. A la fin, il trouve souvent  les mots justes pour encourager les autres et il n’hésite pas le faire. 

Grâce à cette dualité, on voit et on comprend rapidement pourquoi ils s’aiment. Ce qui fait qu’on a tellement envie de voir Moriko et Yûta ensemble, putain. On dirait un couple d’adolescents qui découvre l’amour mais en version adulte. Ils sont maladroits, drôles et super touchants. De plus, l’anime rajoute beaucoup de suspense. En effet, chacun des deux personnages vont remettre en doute leurs sentiments. A cause de leur condition notamment. 

Cependant, l’anime abuse des deus ex machina et une grosse majorité des événements qui font avancer l’histoire repose sur ça. A la limite, on peut accepter ça pour la rencontre entre Moriko et Yûta. Après tout, on a vu ce cliché des dizaines de fois. Mais, apprendre qu’ils se connaissent déjà sur un autre jeu ou qu’il se croisent alors qu’ils ne veulent pas se voir, ça fait beaucoup. D’accord, le procédé arrange tout le monde. Le scénario avance et les spectateurs sont contents de les voir réunis. Mais quand même … 

Un message inattendu

net juu no susume moriko yuta

Le fait que nos deux lurons soit comme ça montre l’importance que peut avoir les relations sur Internet. A moins de vivre avec un réseau crypté, on fait tous des rencontres sur Internet. On apprend à se connaître, on passe du temps ensemble et on s’amuse. 

Au fil du temps, ces relations s’approfondissent. Parfois, de réels amitiés se forment avec ces personnes qu’on n’a jamais vu. Elles commencent alors à faire partie intégrante de notre vie. On commence à connaître les détails de la leur, leurs situations, leurs problèmes. Et on les partage les nôtres aussi, avec ces gens qu’on a pourtant jamais vu. Finalement, on se rencontre en vrai et on découvre la personne avec qui on prend tant de plaisir derrière l’écran. 

Même si on ne se voit jamais, les relations en ligne ne diffèrent pas tant que ça de la réalité au final. Et c’est ce que la relation entre Yûta et Moriko montre. Ils se sont découverts, connus et aimés à travers Fruits de Mer. Puis, quand ils se sont rencontrés, ils n’avaient pas à faire à un total inconnu. Au contraire, elles ont retrouvé la personne qui était sur le jeu. Leur relation en ligne s’est poursuivie dans la réalité. Montrant que leurs sentiments qu’ils éprouvaient et qu’ils exprimaient était sincère. Et avoir un message comme ça dans un anime sans prétentions, c’était une sacrée surprise.

Le loot final ?

Net Juu no Susume est l’une des meilleures surprises de cette saison (et peut être même de l’année 2017). A première vue, l’anime ne paie pas de mine. C’est produit par un studio inconnu et adapté d’un manga en pause depuis 2 ans. Un combo fatal qui aurait dû laisser Net Juu no Susume dans les profondeurs de l’oubli. Et pourtant, l’oeuvre arrive à surprendre tous ceux qui font l’effort de passer le premier épisode.

Partant d’un scénario de n’importe quel LN générique, il l’aborde avec originalité et maturité. L’anime se concentre sur les personnages des MMO, certes. Mais surtout les personnes derrière, qui sont développées et ultra attachantes.  Parce qu’on croit en leur existence :  ce sont des gens normaux comme vous et moi. Avec leurs habitudes, leurs caractères et leurs soucis. Car l’anime aborde des sujets assez sérieux comme le burn-out, le manque d’estime de soi et les relations sur Internet. Ce qui donne une profondeur insoupçonnée à l’anime, au delà du divertissement offert par nos 2 héros.

Au final, je vous recommande vivement Net Juu no Susume. C’est un anime qui ne va pas changer votre vie mais qui va vous offrir des grands moments de détente. Les joueurs de MMO n’y sont jamais jugés négativement et on n’a pas du tout envie de détester les personnages. Au contraire, on a imite envie d’être avec eux. Mais malheureusement comme dans la vraie vie, une fois l’épisode terminée, il faut retourner travailler ou jouer à LoL, c’est selon.

net juu no susume hayashi

 

Images tirées de l’anime. 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Database d'anime, de seiyuu et d'opening sous forme humaine. Joueur de LLSIF à ses heures perdues. Trouvable sur Twitter (@RequiemForFemto) et MAL (xxxPhantom).

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.