Yuru Camp ou la passion du camping

Yuru Camp ou la passion du camping

Autant être honnête avec vous, ça faisait très longtemps que je n’avais plus fait de critiques d’animes (la dernière remonte à mars). Vous aimez ça (et ça se voit dans les statistiques), mais ils restent difficiles à faire parce que je doit revoir les animes en question. Mais après une intense réflexion, une série m’est venue à l’esprit. Un anime qui mérite d’être abordé parce qu’il est excellent et très chill. Comme vous l’avez vu dans le titre, on va parler de Yuru Camp.

Petite présentation de Yuru Camp

Yuru Camp est un anime de 12 épisodes produit le petit studio C-Station en 2018. Il s’agit de l’adaptation du manga éponyme, édité en France sous le nom Au grand air. Nous suivons les aventures d’un groupe de lycéennes dont la passion est le camping. Au fur et à mesure des épisodes, nous allons découvrir les rudiments de cette pratique.

Et là, vous vous dites que c’est très cliché et déjà vu ce genre de scénarios et pour honnête, c’est le cas. Yuru Camp appartient à une catégorie d’anime que l’on appelle Kirara, du nom du magazine éponyme. Ce magazine de prépublication s’est spécialisé dans les tranches de vie qui met en scène de jeunes filles dans des activités diverses et variées. On y retrouve New Game, GochiUsa, Harukana Receive et d’autres.

Sur ce point-là, Yuru Camp n’échappe pas à la règle. Le casting reste entièrement féminin et il pratique une activité hors du commun : le camping. Une activité considérée un peu ringarde et associée aux éternels scouts. De plus, on retrouve le scénario inexistant et les visages mignons caractéristiques de ce genre d’œuvres.

Pourtant, Yuru Camp a rencontré un vif succès à travers le monde, à tel point qu’une suite est en préparation. En regardant l’anime, on comprend vite pourquoi : à l’image du camping, l’anime pousse à la détente et à la relaxation.

Le camping, c’est cool entre ami(e)s

Mais avant de pouvoir goûter aux subtilités du camping, encore faut-il avoir les bases. Chose que Yuru Camp introduit à la perfection. Notre point de vue se situe au niveau de Nadeshiko, une novice totale. Ce qui permet à l’anime d’expliquer les grandes lignes avec ce personnage de manière naturelle.

Les explications captent vite l’attention : elles sont très imagées et très ludiques. Ce qui les rendent très accessibles à comprendre. Yuru Camp nous montre les basiques du camping : le matériel, le feu, les repas, les bonnes pratiques. Le tout dans la bonne humeur et le partage.

On ressent tout l’amour que l’anime (et le manga) possède pour le camping et ça se voit à travers les personnages. On pourrait les classer en deux, car l’anime véhicule deux sentiments : le cercle d’activités en plein air et Shimarin.

Commençons par le club de camping, composé de Nadeshiko, Aoi et Chiaki. À la base, le club n’était composé que des deux dernières, qui servent donc de maîtres. Les deux jeunes filles nous partagent leurs conseils pour le camping de manière détendue et légère. Surtout Chiaki, qui est une pile électrique alors qu’Aoi se montre plus dans la retenue.

Quant à Nadeshiko, elle sert d’avatar pour le spectateur novice. Véritable ventre sur pattes et un peu cruche sur les bords, elle possède une énergie débordante et une bonne humeur à toute épreuve.

Le trio distribue la majorité de l’humour de l’anime. Entre les réactions disproportionnées de Nadeshiko et les idées farfelues de Chiaki, on se trouve à beaucoup sourire devant l’écran. Mais surtout, cela montre une des facettes du camping : la communion.

Avec Nadeshiko, Chiaki et Aoi, on voit que le camping possède une facette de partage. Quand les filles se retrouvent dans la nature, elles se réunissent autour du repas et du feu. Le tout en discutant de tout et rien. Les voir ensemble nous rappelle que la simple présence de ses amis suffit amplement pour passer de bons moments. 

…mais aussi en solo

Une vision qui cohabite avec celle de Rin, l’autre personnage principal de la série. De nature solitaire, elle préfère camper seule. Histoire de profiter du calme de la nature. Ce qui amène à une autre valeur du camping : le voyage.

Tout le long de l’anime, Rin sillonne le Japon pour camper à divers endroits. Elle en profite pour découvrir de nouveaux lieux et de nouvelles méthodes. Loin d’être asociale, la jeune fille en profite pour élargir ses horizons et diversifier ses expériences (parfois infructueuses). Un remède contre la routine pour elle comme pour nous, car cela permet de renouveler le contenu des épisodes. On ne se retrouve jamais aux mêmes endroits avec les mêmes paysages.

Si le trio incarne le partage et la fête, Rin symbolise plus le calme et la paix qu’offre le camping. Se trouver au milieu de nulle part, sans rien ni personne permet de se recentrer sur soi-même. En plus d’oublier les soucis du quotidien, on peut profiter de la nature et de ses paysages.

Au final, on se retrouve avec deux ambiances très différentes dans le même anime. D’un côté, le fun et de l’autre, le calme. L’anime dose très bien les deux : l’anime se montre chill avec des passages avec Rin et puis plus légers avec les explications et le trio.

Pour autant, cela ne signifie pas que les deux ne peuvent pas se retrouver : la preuve avec Rin et Nadeshiko. La première va découvrir les joies du camping entre amies, tandis que la seconde la détente du camping en duo. Ces deux atmosphères se mélangent avec harmonie et on alterne entre les moments de sourire et de détente.  

Du marshmallow pour les yeux

Un aspect détente renforcé par les décors et la musique. Yuru Camp nous offre régulièrement des paysages magnifiques à coup de plans larges fourni de détails. On se retrouve impressionnés devant le mont Fuji, les lacs, les habitations locales. La vie habite ces lieux et ça se ressent (bien qu’il soit fictif).

La musique s’inscrit dans la pure détente, car chaque OST pourrait être joué au coin du feu. Composés avec de la guitare, du banjo, de l’harmonica et des sifflements, l’aspect minimaliste renforce le côté simple du camping. À savoir que les seules choses importantes sont les amis, un bon repas, un feu et les tentes. 

Sortez vos tentes !

En bon Kirara, Yuru Camp ne payait pas vraiment de mine à sa sortie. Des filles qui font du camping, un scénario loin d’être des plus original. Pourtant, cet anime se révèle un véritable bol d’air frais au sens figuré comme propre.

L’anime parvient à mélanger deux ambiances différentes. D’un côté, on se retrouve avec le délirant trio Nadeshiko-Chiaki-Aoi et les explications ludiques. Ce qui capte notre attention et nous divertit tout en nous apprenant des choses pertinentes. Le camping s’expose alors comme des moments simples de partage autour d’un feu et du repas.

De l’autre, l’anime dégage un côté très apaisant. En suivant Rin, nous partons dans une véritable aventure où on découvre la campagne japonaise, ainsi que sa nature. Les expéditions en solitaire permettent de contempler les magnifiques paysages et de profiter de la bande-son. Tout cela produit un terrain idéal pour se ressourcer.

Yuru Camp est, à la fois, un très bon voyage et une très bonne découverte à profiter seul ou à plusieurs.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.