Retour sur Bakanim’ 2018 (et mon problème en convention)

Convention Review
Bakanim 2048 Bannière

Comme vous avez pu le voir à ce magnifique calendrier, j’ai trois conventions à la suite à faire. Et la première d’entre elles, c’est la 5ème édition de Bakanim organisé par les étudiants de l’ENSIIE à Evry. Alors moi qui ait toujours grandi avec les conventions “commerciales”, c’était la découverte totale des conventions étudiantes sur Paris. On m’a toujours dit qu’elles étaient plus conviviales et plus intimistes. Et c’est vrai, sauf que cette qualité, c’est aussi un défaut pour moi.

Déjà, les informations pratiques étaient très précises. On pourra leur reprocher d’avoir upload le menu et le plan à 1 h du matin. Mais bon, mieux vaut tard que jamais. Niveau direction, impossible de ne pas trouver. Le site indique à la lettre ce qu’il faut faire : pas besoin de réfléchir, tu sors du train et tu vas à droite. Et si t’as 2 neurones fonctionnels, tu suis les directions. J’ai pas mangé là-bas (parce que je déteste les makis) mais j’aurais pu: 

Une fois entré, la première chose que j’ai faite, c’est ma seconde passion (derrière les animes): du DDR. Alors oui, vu comme ça, ça paie pas de mine. L’affichage est minuscule et le PC date. Mais les tapis étaient en parfait état ET ils ne bougeaient pas. Ce qui rendait l’expérience super agréable et c’est le plus important. D’ailleurs, en parlant d’expérience, je me suis rendu compte de mon piètre niveau (sans la barre). Mais c’était sympa de rejouer et discuté de DDR avec des gens qui savent y jouer (Dédicace à Ferrari, qui a fait de son mieux pour expliquer le jeu aux gens. GG à toi !)  

Après 2/3 chansons, je me suis dirigé vers l’amphithéâtre squatté par l’association Tengumi, qui était au top. Les jeux s’enchaînaient et l’ambiance était au rendez-vous. Le premier jeu était un jeu à objectif à remplir, qui était complément barré. On devait ne jamais répondre correctement aux questions. J’ai même réussi à gagner un abonnement Crunchyroll d’un mois ! Même si au fond c’est pas grâce à moi qu’on a gagné. 

Le second était une variation de la finale du Concours des animateurs. Mais avec des jokers qui très bien foutu la merde. On a atteint des chaînes de 5 jokers utilisés à la suite ! Au final, on a fini 3ème devant une équipe qui a fini en négatif.

Après les animations, place aux achats, qui ont été loin d’être faramineux. C’est bien simple, j’ai acheté que deux choses. La première, ce sont les livres de Mi-eau, que je connaissais via Amo et qui a été adorable. Elle m’a même fait une dédicace ! Si vous avez l’occasion de la croiser à Jonetsu ou Japan Party, achetez son one shot Nekoloco. Je me suis tapé des bonnes barres de rire: il y a tellement des memes possibles à faire. La seconde chose, ce sont des pins de Kudnalla, qui a été très sympathique aussi. 

Comme vous l’aurez compris, Bakanim a été une bonne expérience. Le staff à été sympathique, les associations étaient à fond et les artistes partageaient leurs anecdotes. Par contre, mon plus grand problème qui m’empêche pleinement de profiter de ce genre de conv, c’est moi-même.

Parce que, un énorme problème que j’ai (et que je traîne depuis très longtemps), c’est mon extrême réserve. En général, il me faut énormément de temps pour me mettre dans l’ambiance « convention ». C’est-à-dire demander des photos aux cosplayeurs, aborder et parler aux gens. Car à chaque fois, je reste planté devant à attendre avant de me lancer.

Et c’était encore pire ce jour là parce que j’avais amené un mélodica. Pour pouvoir jouer les thèmes des animes des persos cosplayés. J’avais pratiqué depuis 2 bons mois certains thèmes : SAO, Love Live, EVA, Sailor Moon. Donc Bakanim était une bonne occasion de montrer mon dur labeur.

Résultat, ça a pas loupé : j’ai pas joué grand-chose. Tout simplement parce que j’avais peur de me ridiculiser. Dans le sens où comme les locaux n’est pas rempli à mort, si je jouais, tout le monde entendrait. Au fond de moi, je voulais que ma performance soit parfaite. Mais avec le stress, tu loupes des notes et ta performance ne va jamais jusqu’au bout. Du coup, face à tous ces imprévus, je me bloque et je ne lance pas. Au passage, même problème pour demander des photos aux cosplayeurs. Même en sachant que cela ne les dérange pas (ils le font en partie pour ça), j’ai du mal. Et au moment où j’étais enfin chaud, tout le monde était déjà parti au concours cosplay. Et c’est à ce moment que je me suis en aller.

Moralité de l’histoire : il faut que je me chauffe plus rapidement. Plus facile à dire qu’à faire. Mais paradoxalement, avec les grosses conventions, j’ai beaucoup moins de mal. Peut-être parce que c’est plus grand, donc l’ambiance comble une partie de ma performance. Je compte m’améliorer et je ne serais pas seul la prochaine fois. Puisque la semaine prochaine, pour l’étape 2 de mon marathon de convention, ce sera le Toulouse Game Show qui se déroulera à … Toulouse (oui !).     

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Database d'anime, de seiyuu et d'opening sous forme humaine. Joueur de LLSIF à ses heures perdues. Trouvable sur Twitter (@RequiemForFemto) et MAL (xxxPhantom).

ommentaires

  1. Et en terme d’influence, il y a du monde? On a du mal à se rendre compte sur le peu de photos que j’ai pu voir sur le net. En général on voit quelques personnes dans une salle de court et puis c’est tout..on n’a pas l’impression que se soit très fréquenté…

    1. D’après mes souvenirs, la convention n’avait pas accueilli beaucoup de monde. A vue d’oeil, j’aurais dit (au moins) une centaine de personnes présentes. Vu la taille des lieux, c’est normal que cela fasse vide. En plus, la population était concentrée soit dans l’amphi (surtout pendant le concours cosplay), soit dans la salle de l’asso Tengumi. Du coup, à 4 heures, plus de signe de vie à l’horizon

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.