Mon plus beau souvenir en convention

Convention Review

Cela fait maintenant plus de 8 ans que j’arpente des conventions. Et depuis un an, les événements parisiens. Mine de rien, cela fait pas mal de temps. Depuis mes 14 ans, j’ai beaucoup de bons souvenirs en convention. La sympathie de la file d’attente, les rencontres qui deviennent des amitiés ou plus généralement les moments de partage. Mais cette année, j’ai vécu ce qui sera l’un de mes plus grands souvenirs en convention.

Ce fameux souvenir est très récent puisqu’il date d’exactement 6 jours. Dans un petite convention qu’on appelle Paris Manga. Alors de base, je ne suis pas du tout un fan de la PM. Je considère que c’est une espèce de sous-Japan Expo. Avec des commerçants qui vendent de la contrefaçon ou encore les animations inexistantes. J’étais vraiment pas emballé pour m’y rendre.

MAIS c’est sans compter sur la présence d’une invité qui va changer la donne. Puisque qu’il s’agit d’une réalisatrice que j’apprécie beaucoup le travail. Une femme dont le travail sur les couleurs est devenu sa marque de fabrique. Elle a réalisé No Game No Life, Sakurasou et surtout l’excellent Yorimoi. Il s’agit de …

ATSUKO

ISHIZUKA

OH DAMN

D’un coup, j’ai eu soudainement venir la rencontrer. Et pour marquer le coup, je voulais lui offrir un cadeau. Mais pas le genre de cadeau à deux euros, non non non. Un cadeau unique et original comme par exemple … une nendo d’elle-même. Sur le modèle des nendo de Nana Mizuki et Yukari Tamura. 

Pour le coup, j’ai commissionné Vika (dont j’ai eu un mal fou à retrouver le nom) pour qu’elle réalise la figurine. Elle qui est spécialisée dans ce genre de création.

CEPENDANT le temps était compté. Car j’avais passé ma commande le 27 septembre. Et je partais à Paris le jeudi 18 octobre. Donc Vika n’avait que 15 jours pour tout faire. Ce qu’elle a réussi à faire avec brio le lundi 15 octobre. 

Sauf que l’envoi par Colissimo prend deux jours ouvrés. Ce qui allait être un peu juste. Du coup, pour être sûr de l’avoir, je mets l’adresse parisienne de mon ami où je logeais. Comme ça, ça avait l’air bon. Mais le vendredi avant la PM, rien dans la boîte aux lettres. Pas de figurines ni d’avis de passage. Donc je rentre le numéro de suivi sur le site de la poste. Et là, le message de la mort :

“Votre colis n’a pas pu être livré car l’adresse est incomplète”

Et après un mail au service client, 

“Votre colis se trouve à Pontault-Combault BP. Veuillez le récupérer dans les 15 jours.”

On est très exactement le samedi matin quand je reçois cette réponse. Et la poste n’ouvre pas le week-end. Autant que mon niveau de sel était à son maximum. Mais bon, j’ai acheté mon billet. Autant y aller, quitte à n’avoir rien à donner.

En entrant dans cette Paris Manga, je constate comment quasiment rien à changer. Les deux scènes et le ring de catch faisaient toujours la guerre des décibels. Les stands se ressemblaient tous et les petits artistes trop peu présents. Autant dire que je me suis bien fait chier.

Du coup, je me rends sur le stand de notre réal. ET SURPRISE pas grand monde à l’horizon. Ce qui me rendais heureux car l’attente n’allait pas longue. Et en même temps un peu triste parce que pas du monde la connaissait. Et encore c’était pour No Game No Life, pas son travail le plus intéressant (à mon sens).

 Voyant que j’avais mon temps, je me suis mis en quête d’un cadeau dans la convention. Mais quand 90 % (une stat sortie des profondeur de ma mauvaise foi) des produits sont contrefaits, ça me tentait pas trop. Et je me voyais mal lui offrir un truc japonais à une japonaise. Par conséquent, j’errais dans le salon à la quête d’un cadeau original.

En voyant ce masque tiré de Fortnite, je n’ai qu’une seule envie : l’acheter. Ce que je fait d’ailleurs. Puis vient le moment où je me présente devant elle. Et la première impression que j’ai eu, c’était : 

Elle a vraiment 37 ans ?

Parce qu’elle faisait vraiment jeune. Au passage, si je n’ai aucune photo, c’est qu’on m’a interdit d’en faire. Sinon, croyez moi que je m’y serai donné à coeur joie. Mon cœur battait très fort au moment où j’ai offert mon cadeau (que son manager a testé dans l’hilarité générale). Et au moment où j’ai pu échangé quelques mots avec elle. J’ai pu lui dire que j’adore Yorimoi et que c’est un chef d’œuvre. Et c’est tout. Trop court à mon goût. 

Par conséquent, je voulais la revoir pour en profiter un peu plus. Mais cette fois, je voulais lui offrir un vrai cadeau. Un truc bien français. Et comme il était que 11 heures, je suis sorti de la convention. Pour aller manger d’abord puis acheter un autre cadeau.

Problème : je n’avais pas d’idée pour un cadeau français. Alors que je suis français mais quel honte ! Je demande donc à un de amis s’il avait une idée, qui me répond d’un magnifique :

No sé

Ravi de cette réponse, je contacte mon plan B, qui a une bien meilleure réponse : 

Un Paris Brest ou des macarons

Et là, un éclair de génie m’a frappé. Mais pourquoi je n’y avais pas pensé plus tôt ? Et c’était presque évident. L’un des desserts les plus connus de France que je me devais de faire découvrir.

Après avoir mangé, je me lançais à la quête de ces fameux macarons. Mais le problème, c’est que je ne connaissais aucune pâtisserie parisienne. Je m’étais rabattu sur les supermarchés en espérant en trouver. Et là, méga déception : pas une trace de macarons à l’horizon. Autant dire que mon seum était bien remonté.

Mais je ne me démonte pas et j’appelle à l’aide notre ami Google Maps. Qui m’indique les grands magasins d’Haussman. Mon argent me suppliait de l’épargner, cependant j’étais bien décidé à acheter cette douzaine de macarons à 28 euros. Oui, ça coûte super cher mais ils avaient l’air super bon.

De retour à la Porte de Versailles et je reviens devant notre chère Ishizuka-sensei. Pour être honnête, je ne pense pas qu’elle m’ait reconnu. Mais tant pis, je me relançais en posant une question qui me dérangeait depuis longtemps.

Est-ce que Matsuoka Yoshitsugu et Kayano Ai sortent ensemble ?

Une question qui perturbe l’Internet tant ils ont joué ensemble. De NGNL, Sakurasou ou encore SAO. Réponse de sa part : elle ne sait pas. Une réponse somme toute assez normale. 

Et enfin viens le moment où elle ouvre mon second cadeau. Et je me souviendrais toujours de la joie sur son visage. Ainsi que de son traducteur et de son manager, qui s’est instantanément retourné. Un moment encore une fois assez court mais plein d’émotions.

En lisant cette histoire (si vous êtes encore là), vous aurez pu vous dire que j’en ai fait trop pour deux minutes de bonheur. Deux fois en plus. Commander une figurine, faire le tour de Paris pour des macarons, marcher pendant plusieurs heures. Tout ça simplement pour deux dédicaces.

Mais c’est sans compter sur ce facteur important : le fait que ce sera la seule et unique fois que cela arrivera. Est-ce que j’aurai une occasion pour rencontrer quelqu’un que j’admire beaucoup une nouvelle fois ? Sûrement pas. Du coup, autant en mettre plein la vue pour marquer cette événement.

D’où mon conseil. Quand vous faites la queue pour voir un invité en convention, amenez quelque chose à offrir. Cela peut être n’importe quoi tant que cela vient de vous. Au passage, préparez quelque chose à dire. Vous avez fait des heures  pour la rencontrer. C’est pas le moment d’avoir un bug de cerveau. Et enfin, profitez à fond de ces deux minutes dont vous vous souviendrez toute votre vie.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Database d'anime, de seiyuu et d'opening sous forme humaine. Joueur de LLSIF à ses heures perdues. Trouvable sur Twitter (@RequiemForFemto) et MAL (xxxPhantom).

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.