[ARTICLE ABONNE] Top 5 des MEILLEURS animes de 2017

[ARTICLE ABONNE] Top 5 des MEILLEURS animes de 2017

Après les 5 pires animes que j’ai vu en 2017, place aux 5 meilleurs animes de 2017. Classement que j’ai eu du mal à faire. Car un nombre assez restreint d’animes pouvait rentrer dans le top, à cause du fait que je devais rattraper des animes excellents. MAIS la flemme m’a achevé. Donc, d’autres animes auraient pu avoir leur place. Sauf que je ne pouvais tout voir dans un temps aussi limité.

Bref, suite à ce mea culpa qui aura fait partir 70 % des gens, commençons ce top !

[Cet article est réservé aux abonnés. Pour pouvoir accéder à la suite, si vous êtes déjà abonné, connectez-vous. Sinon, vous pouvez vous inscrire GRATUITEMENT à l’espace abonnés]

[thrive_2step id=’2232′]
Mention Honorable 1

Blend S

top 5 anime 2017 blend s

Que j’ai découvert grâce au meme de son opening. Et je me suis bien amusé devant cet anime. Qui possède certes des ambitions modestes, mais qui les exécute bien. Le scénario tient sur une (demi) feuille : Dino tient un café dans lequel chaque serveuse incarne un cliché de personnage d’anime. Maika joue la sadique, Kaho la tsundere, Mafuyu la petite sœur etc.

Le principal écueil que l’anime évite, c’est la réduction des personnages au stéréotype qu’ils incarnent. Chacun d’entre eux possède une vraie personnalité derrière leur façade, qui ne sert que pour le travail. Ce qui esquive le potentiel ennui si on aime pas une personnalité en particulier. Je pense surtout à Kaho, qui se trouve être très énergique au lieu de très énervante. 

Avec ses personnalités complètes, Blend S amène des situations à la fois drôles et bien réfléchies. En clair, on y croit à leur vraisemblance. Le meilleur exemple reste cet épisode où Mafuyu coache Kaho. On peut y voir la maturité de Mafuyu s’exercer sur Kaho, pleine de bonne volonté. Ce qui contribue à l’attachement des deux personnages à travers la relation qu’elles ont construites. Et ce qui explique pourquoi ce sont mes deux personnages préférés.

Et ses relations sont le point fort de l’anime. Aucun des personnages ne fait tâche dans le casting. Chacun d’entre eux apporte leur trait de caractère qui donne un groupe vivant et agréable à suivre. Résultat : Blend S arrive à s’appuyer sur des éléments déclencheurs différents pour chacun de ses sketchs. Rendant le ressenti de répétition quasi-inexistante. Et ce, malgré la récurrence de certains running gags pas très inspirés.

Blend S est un anime drôle et qui se démarque du reste de la concurrence. Mais il est légèrement en dessous de …  

Mention Honorable 2

Tsurezure Children

top 5 anime 2017 tsuredzure children

L’anime le plus drôle que j’ai pu voir cette année. Et pourtant, il a fallu du temps avant que je me mette dans le bain. Le temps de retenir le nom de tout le monde.

Car le cast se compose d’un grand nombre de personnages : environ une bonne vingtaine. On aurait pu penser qu’avec autant de noms à retenir, la plupart serait passé à la trappe. Et bien, non. Tsurezure Children arrive à nous faire rappeler chacun d’entre eux. Car ils sont tous unique en leurs genres. En vrac, la rebelle, le con, la tsundere, la timide. Rien qui diffère des standards habituels. Mais ils sont super bien exploités dans le point central de l’anime.

A savoir la romance. Avec autant de personnages, très difficile de ne pas s’attacher à (au moins) un couple, qui possède leurs propres histoires et problématiques. Cette diversité apporte de la fraîcheur à chaque épisode, impossible donc de s’ennuyer devant. Parce que les couples présentés à chaque épisode tournent pour que les gags se renouvellent. Avec à un ressort humoristique différent pour chacun d’entre eux.

Enfin, l’argument ultime pour convaincre : les personnages évoluent. Et ça, dans un yonkoma, c’est très trop rare pour être souligné. A chaque épisode, les personnages prennent des décisions qui feront avancer leur relation. Ce qui évite ce sentiment désagréable de lassitude.

En conclusion, Tsurezure Children est un anime sucré à voir. En plus, les épisodes ne durent que 12 minutes.     

Mention Honorable 3

Kuzu no Honkai

top 5 anime 2017 scums wish

Anime bien salé que j’ai arrêté avant de m’y remettre 3 mois plus tard. Parce qu’à l’instar des deux premières mentions, Kuzu no Honkai n’invite pas à l’optimisme. Hanabi et Mugi sortent ensemble. Enfin, se mettent ensemble puisqu’ils ne sont pas amoureux l’un de l’autre. Leurs crushs respectifs sont deux professeurs, qui (malheureusement pour eux) s’entendent très bien. 

LE SCENARIO DE L’ENFER ! Chaque épisode va montrer la lente descente aux enfers de nos 2 protagonistes plus de ceux qui leur tournent autour. Et la déprime se fait ressentir de manière violente. Parce qu’on est très loin des romances sucrées classiques. Ici, le rejet est acté dès le départ et cela ne va pas changer de sitôt. Ce qui en résulte de la tristesse car tout espoir est tué dans les premières minutes de l’anime.

Pour atténuer cette peine, Hana et Mugi vont se consoler comme ils le peuvent. C’est-à-dire avec le sexe, loin d’être racoleur. Bien au contraire. Le “fan service” induit souligne le vide et le désespoir des personnages. Personnages qui possèdent des évolutions intéressantes car ils ne se complaisent pas dans leur situation. Ils essaieront de tourner la page pour le bien de tous, même s’ils devront payer les pots cassés.

Kuzu no Honkai est un anime déprimant (mais vraiment déprimant). Cependant, il possède cette note d’espoir qui fait qu’on a envie de le regarder jusqu’au bout. Malgré le fait que cela reste assez soft dans le traitement des personnages, qui aurait pu être bien pire.

Numéro 5

Tsuki ga Kirei

top 5 anime 2017 tsuki ga kirei

Il est vrai que Tsuki ga Kirei possède une histoire d’une banalité absolue. Elle raconte l’histoire d’amour entre deux collégiens, Kotaro et Akane. ET. C’EST. TOUT. Plus simple, tu meurs. Alors pourquoi l’avoir mis dans mon top dans ce cas ? Et bien, pour deux raisons.

La première, l’histoire a beau être simple (voire simpliste), son exécution reste remarquable dans la forme. Les couleurs chatoyantes nous invitent à la relaxation. De même pour les OSTs, toujours dans la douceur et chantés par l’excellente Nao Touyama. Ces deux aspects renvoient une certaine mesure : pas de surjeu ou de situations ubuesques. On reste dans une forme réaliste, qui tranche avec les romances animesques classiques.

L’anime nous invite à la bienveillance pour nos deux tourtereaux. On suit leur découverte de l’amour : de leur rencontre à bien plus loin #nospoil. Chacun des deux personnages nous touche par leur innocence non exagérée et leur proximité. A première vue, tout les oppose : le littéraire et la sportive, l’introverti contre l’extraverti. Et pourtant, quelque chose les unit : l’envie de poursuivre leur rêve. Chose loin d’être explicite et justement. L’anime utilise beaucoup de petits détails simples pour passer ses messages, nous forçant à rester attentif. Exemple simple, la scène du restaurant dans l’épisode 1. 

Mais tout ce que je vous dis là fait de Tsuki ga Kirei un anime sympathique à regarder. Ce qui rend Tsuki ga Kirei si admirable, c’est le résultat obtenu malgré la production chaotique qu’il a eu droit. Le côté cheap transparaît de tous les côtés. L’utilisation flagrante de la 3D, une seule chanteuse pour toutes les OSTs, un récap à la moitié de l’anime. Des signes avant-coureurs courants d’échecs dans le monde des animes. Cependant, grâce au génie de Seiji Kishi (le réalisateur), l’anime s’est sorti de ces travers, faisant de lui un petit miraculé.

Peut-être que j’en fais trop pour Tsuki ga Kirei. L’anime n’est pas l’anime de l’année. Et en même temps, il n’a jamais cherché à l’être. La modestie plutôt que l’exubérance, un pari gagnant.    

Numéro 4

Kobayashi-san Chi no Maid Dragon

top 5 anime 2017 maid dragon

Un anime réchauffant les coeurs pendant la saison hivernale. Chaque semaine, tous les épisodes était 20 minutes de pure détente. L’histoire raconte la vie de Kobayashi, employée de bureau lambda. Un beau soir après une sacrée cuvée, elle rencontre un dragon nommé Tohru. Grosse bête, transformée en jeune femme pour des raisons de place, qu’elle accepte d’héberger.

Ce qui rend cet anime si feel good, ce sont ces dragons tous uniques en leur genre. Tohru est celui que j’aime le moins, mais ça ne veut pas dire que je la déteste, bien au contraire. Très vive (surtout pour dire à Kobayashi au combien elle l’aime), elle fait vivre l’anime par sa bonne humeur. Sa personnalité rayonnante, couplée à son inventivité, la rend super attachante.

Mais pas aussi attachante que Kanna, un dragon ressemblant à une petite fille dans toute sa splendeur. De par son âge, Kanna découvre le monde qui l’entoure, surtout l’école. On y observe ses trouvailles, ses questions naïves, ses expériences alimentaires. Elle possède ce côté innocent et candide, la rendant adorable. Les autres personnages sont un peu plus en retrait. Mais ils rajoutent chacun leur petite touche, qui fait qu’on se rappelle d’eux. Fafnir avec son caractère strict, Elma et sa gluttonerie, Lucoa qui harcèle s’occupe de son hébergeur.

Avec ce cast, on ne s’ennuie jamais. Avec Kobayashi, Tohru et Kanna, on suit littéralement l’histoire d’une petite famille. Chaque épisode propose des saynètes comiques uniques et mémorables. D’ailleurs, le staff n’hésite pas briser le 4ème mur dans leurs titres. Preuve qu’il sait faire preuve d’auto-dérision sur le fandom. Après on n’échappe pas à l’épisode de la plage et du Comiket, mais les personnages arrivent à sortir des sentiers battus. Grâce, encore une fois, à leur inventivité.

Kobayashi-san inspire la détente mais il possède un côté sérieux, qui plombe l’anime (surtout vers la fin). On perd ce côté léger pour un message sérieux pas très inspiré. Surtout que celui de base s’accommodait avec l’ambiance de la série. Finissant la série sur une (petite) mauvaise note. Malgré ça, Maid Dragon est un anime que je recommande si vous êtes dans le mal. Avec ses personnages et son ambiance, vous voir déçu après le visionnage serait une surprise.   

Numéro 3

Net Juu no Susume

top 5 anime 2017 recovery of a mmo junkie

Tiens, encore une autre romance (et un autre anime dont j’ai déjà parlé). Autre série, autre univers. On s’attache à l’histoire de Moriko, employée de bureau qui a démissionné. Pour passer ses journées de chômeuse, elle joue à un MMO dans lequel elle va se faire des amis et bien plus.

Vous le savez si vous me suivez, je déteste les animes avec des MMO. Les clichés sont éculés que je n’y voit que ça. Et on va se le cacher, l’introduction fait dans le classique. MAIS Net-juu s’écarte vite de ce schéma prévisible à des kilomètres.

Parce que déjà, l’anime privilégie les personnages par rapport au jeu. L’univers n’a que peu d’importance au final. Un monde fantastique médiéval et c’est tout ce qu’on a besoin de savoir. Ce qui compte, ce sont les interactions avec les personnages. Personnages qui se distinguent des autres protagonistes du genre (encore une fois).

On a à faire à des adultes. Ce qui change de d’habitudes et pour le mieux. Les thèmes abordés ne changent pas trop, mais leur point de vue, plus. Moriko se soucie beaucoup du regard de la société. Son chômage et son célibat font qu’elle ressent la pression d’être hors du système classique. Du coup, elle va faire en sorte de s’effacer le plus possible. Condition qui tranche avec son comportement dans le jeu. Où elle se montre très sociable : elle se fait des amis jusqu’à s’attacher à l’un d’entre eux. Et là, on vient à l’un des messages de l’anime : l’impact que peut avoir des relations virtuelles. Car au fond, même s’ils ne se voient jamais, cela ne change pas des relations « réelles ».

Et ça, Net-juu va le montrer avec Moriko et Sakurai, deux personnages très touchants. Ils ont beau avoir la trentaine, ils agissent comme des ados de 16 ans. Cela casse la façade sérieuse mais rajoute ce côté léger, qui invite à la sympathie. J’avais envie de les voir ensemble tout le long de l’anime. Car Les deux possédant de réelles qualités : le côté supportive pour l’un et le sens du dépassement pour l’autre.

On pourra reprocher la prévisibilité du scénario. Mais cela n’enlève absolument rien au plaisir que j’ai pris en regardant Net-juu no Susume. Deux fois.       

Numéro 2

New Game 2

top 5 anime 2017 new game 2

Première suite de ce classement et pas le dernier (micro-spoil du numéro un). En réalité, chaque saison 2 dans le classement s’y trouve dedans pour la même raison. Ils apportent ce qui manquait à une saison 1 bonne pour que cela soit un anime exceptionnel.

Et dans le cas de New Game, le manque d’enjeu “plombait” l’anime. Plombait entre guillemets car en soi, New Game s’est contenté de faire ce qu’on attendait de lui. C’est-à-dire une tranche de vie classique. On suit la vie professionnelle d’Aoba à Eagle Jump, une boîte de jeu vidéo. Ses collègues uniquement féminines, vision romancée de l’industrie vidéoludique, ambiance légère. Pas de doute : on nage en plein dans les canevas du slice of life moe de base.

Mais malgré ça, New Game est arrivé à se distinguer de la masse. Notamment grâce à son contexte adulte bienvenu. Bien que les personnages ne se comportent jamais comme tels. Mais c’est ce qui rend leurs interactions intéressantes et plaisantes à suivre. Et cela ne se limite pas au ships yuristes. L’anime arrive à avoir des situations uniques et variées. Chacun des personnages apportent leur caractère à la série. Renforcé par l’atmosphère optimiste et colorée, l’anime possède ce côté unique qui le différencie de la concurrence.

Cependant, la saison 2 apporte des enjeux. Ce qui permet de résoudre le problème classique des SoL : les personnages évoluent. Aoba comprend que pour devenir chara-designer, elle va devoir dégager son modèle. Qui elle-même songe à d’autres horizons plus ambitieux. L’ambiance à la cool reste mais il subsiste cette idée que ça ne va pas durer pour toujours. Certaines personnes vont arriver, d’autres partir, encore d’autres vont changer de poste. Avec la première saison, on s’était attaché au groupe. Avec la saison 2, on n’a pas envie qu’il se sépare. Mais les choses ne durent pas (malheureusement).

A la fin, la S2 de New Game améliore la S1 en la rendant plus sérieuse. Tout en gardant sa légèreté. Faisant de l’anime un petit coming of age très mignon sans tomber dans la niaiserie.

Numéro 1

Boku no Hero Academia S2

top 5 anime 2017 boku no hero academia

Autre suite présente présente pour les mêmes raisons. Sauf que cette fois-ci, la saison 1 était vraiment mauvaise. My Hero Academia, manga qui surdomine le classement JUMP, a déçu et pas qu’un peu. L’adaptation animée manquait d’action, un comble pour un manga de super héros. Malgré les promesses, MHA était lent. Genre MEGA LENT. On a l’impression que cette S1 n’était qu’une introduction étalée sur 12 épisodes. Ce qui s’est avéré être totalement le cas. 

Du coup, cette S2 se devait de remonter le niveau. Au risque de totalement faire décrocher le public. Mais cette fois-ci, pari réussi voir beaucoup plus. La suite règle le mollesse de la première saison. Pas le temps de reposer les bases que l’on est plongé dans l’action. Avec l’un des meilleurs arcs de tournois que j’ai pu voir.

Chacune de ses étapes était jouissif à regarder. Parce qu’on ne s’ennuie jamais tant les adversaires regorgent de variété. Les combats épiques scotchent devant l’écran. Bien aidés par la réalisation exceptionnelle, c’est un régal pour les yeux. Le tournoi permet au passage de développer l’univers de la série, qui en avait cruellement besoin. UA ne se limite pas à des héros dotés de super pouvoirs. Par exIl existe le cursus ingénieurs, qui donne plus de profondeur et de « réalisme ».

Mais le point qui tue, ce sont les nouveaux personnages, surtout les antagonistes. Chacun d’entre eux nous remet en question un système des héros manichéens. Un pouvoir malfaisant rend-t-elle une personne malfaisante ? Un héros doit-il servir au lieu de faire la Une des journaux ? Ajouté à ces questions, les passés de certains personnages qui nous saisissent d’effroi. Tant elles sont dures et froides.

Avec cette saison, My Hero Academia démontre pourquoi il est le shônen n°1 à l’heure actuelle. Plus seulement au Japon, mais dans le monde entier désormais.

Voilà pour ce top 5 des meilleurs animes que j’ai pu voir cette l’an passé. Il m’a été difficile de classer ses animes tant ils m’ont plu pour des raisons différentes. Ces avis n’engagent que moi, mais je vous promets que vous allez passer un bon moment devant ces animes. Donc, allez les voir. Après vous être abonné à Japan Vrac ou sur nos réseaux si ce top vous a plu, bien sûr.

Et vous, quels sont les meilleurs animes de 2017 que vous ayez vu ? 

[/thrive_2step]
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.