LES MEILLEURS ET LES PIRES ANIMES DE 2018

« Eh, mais tout le monde a fait sa revue des animes de l’an dernier en janvier. Je crois que tu es un peu en retard » vous diriez-vous en lisant le titre. Et je vous dirai que … ouais, vous avez raison. Mais pour ma défense, j’étais en train de rattraper une flopée d’animes que j’avais manqué.

Et aussi, certains animes qui avaient débuté en automne se terminaient récemment. Cependant, cela est devenu du passé.

Car je sais ce que vous attendez. Vous voulez connaître quels animes j’ai adoré à la mort. Et ceux qui ont marqué par leur manque de qualité. Mais surtout est-ce que les choix que vous avez effectués seront les mêmes que les miens ?

« Mais en fonction de quelle catégorie ? » vous interrogez-vous. Et, selon les critères de prix Minorin, dont je suis participant cette année.

Présentation des prix Minorin

 

Alors, les prix Minorin, c’est quoi ? Les prix Minorin sont des prix qui (surprise) récompensent le meilleur et le pire de l’animation japonaise de 2018. Organisés par l’association Forum Thalie, les votes sont ouverts à tous et fonctionnent de la manière suivante.

Chaque participant possède un bulletin dans lequel il peut classer cinq choix pour chaque catégorie. Le premier gagne 5 points, le deuxième 4 et ainsi de suite. Notez qu’on pouvait nommer des mentions honorables pour 0,5 point.

Une fois le dépouillement effectué, les vainqueurs seront présentés à la convention Jonetsu les 13 et 14 avril. Une cérémonie avec un public de folie.

Du coup, j’ai beaucoup trop parlé et le nombre de catégories s’élève à 15. Donc, on va attaquer maintenant.

Meilleur opening : “Adamas” interprété par LiSA (SAO Alicization)

 

Si vous me connaissez depuis assez longtemps, vous savez que je ne porte pas SAO de mon cœur. Son univers, ses personnages, son scénario. Mais, j’ai reconnu à SAO deux choses. La première, c’est son héritage. SAO a popularisé les isekais-MMO : je déteste ça, mais je ne peux pas lui enlever. Et la seconde, c’est que les openings de SAO ont (presque) toujours été excellents.

De crossing field à courage en passant par Ignite, ils restent en mémoire et c’est ce qui font leur popularité. Mais avec Alicization, le niveau atteint des sommets pour un opening de SAO, car il réunit tous les ingrédients de ce qui rend les OP de SAO excellents. À la voix, on retrouve la chanteuse qui a interprété le premier OP, à savoir LiSA. Une vocaliste qui possède un timbre puissant, qui reprend du service.

Pour un résultat qui déboîte. Sa performance montre l’étendue de ses talents, avec les passages rapides du couplet et ses high notes dans le refrain. Ce qui donne beaucoup un opening à 100 à l’heure, qui capte tout de suite l’attention.

Avec la voix de LiSA, l’instrumental envoie encore de patate avec le même schéma que les anciens openings. À savoir un début lent puis une grosse intro bourrin à la guitare et au violon qui ne vous laisse pas le temps de comprendre ce qui se passe. Avant le refrain qui vous souffle avec ce fameux

SHINING SWORD MY DIAMOND

Seul petit point faible : le clip qui n’est pas très inspiré ni très parlant. On vous balance les éléments de l’intrigue et débrouillez vous comprendre. Le tout assorti avec une réalisation assez classique. MAIS qui s’accélère pendant les passages lents de la musique. Histoire de garder le côté ultra rapide de l’opening.

Adamas condense le meilleur des openings de SAO : LiSA, rythme super speed, grosses guitares et les high notes. 

Le reste du classement

2/ Black Clover OP3 : “BLACK ROVER” interprété par Vickelblanke

3/ Darling in the FranXX : “KISS OF DEATH” interprété par Nakashima Mika

4/ Shoujo Kageki Revue Starlight : “Hoshi no Dialogue” interprété par Starlight Kukugumi

5/ Golden Kamuy OP2 : “Reimei” interprété par Sayuri et MY FIRST STORY

Meilleur ending : “Ref:rain” interprété par Aimer (Koi wa Ameagari no You ni)

 

Un choix très délicat pour le meilleur ending. Parce que si vous avez lu mon article sur les Anime Awards, j’hésitais longuement avec Fly Me To the Star de Revue Starlight. Car au point de vue visuel, ce dernier surpasse celui d’Après la Pluie : plus inventif et différent selon les épisodes.

Mais après d’intenses réflexions, mon choix ne changera pas et Ref:rain restera le meilleur ending de 2018. Parce que la chanteuse, c’est Aimer et je adore sa voix grave et forte. Des caractéristiques reconnaissables qu’elle exprime avec douceur dans la chanson.

La musique reste simple, mais diablement efficace. Un départ calme au piano avant une explosion à la guitare. Deux mélodies distinctes qui se répètent en boucle, rendant l’ending plus catchy.

Comme pour SAO, le visuel ne brille pas par l’originalité ou les prouesses techniques. Un simple terrain qui s’illumine reste assez pauvre. J’en attendais bien plus de ce côté-là.

Mais qu’importe, entre la musique et le visuel, mes choix se porteront plus sur le premier critère. Et avec Aimer à l’interprétation, la concurrence s’est vite fait éteindre.

Le reste du classement

2/ Shoujo Kageki Revue Starlight : “Fly Me to the Star” interprété par Starlight Kukugumi

3/ Yorimoi : “Koko Kara Koko Kara” interprété Minase Inori, Hanazawa Kana, Iguchi Yuka et Hayami Saori  

4/ Yagate Kimi ni Naru: “hectopascal” interprété par Takada Yûki et Kotobuki Minako

5/ Bunny Girl Senpai : “Fukashigi no Carte” interprété par le casting de l’anime

Meilleurs OSTs : Shoujo Kageki Revue Starlight (composé par Katô Tatsuya et Fujisawa Yoshiaki)

 

 

Cette fois-ci, c’est la bonne pour Revue Starlight ! Et de la part d’un anime musical, le voir rafler le prix était d’une évidence. Parce que l’anime traite du Takarazuka, un genre théâtral contenant beaucoup de chansons. On pourrait l’assimiler à de la comédie musicale.

Et des chansons dans Starlight, il y en a pleins. Les OSTs mélangent beaucoup de genres : la pop, le jazz, etc. Et surtout, le cast possède un talent de fou. Parmi les neuf seiyuus, aucune ne chante mal ou n’a une voix dissonante. Et elles arrivent toutes à s’harmoniser pour un résultat limpide.

Encore c’est impressionnant dans l’anime… mais ça l’est plus en LIVE. Parce que oui, les seiyuus ont interprété une comédie musicale sur scène. Et entre les chorégraphies synchros et les voix claires, ça force le respect.   

Le reste du classement

2/ Yorimoi

3/ Megalo Box

4/ My Hero Academia S3

5/ Zombieland Saga

Meilleur(e) seiyuu : Miyano Mamoru

 

Pour le (ou la) meilleur(e) seiyuu, le choix s’impose de lui-même. Très bon d’habitude, mais excellent cette année, Miyano Mamoru reste une grosse pointure du doublage malgré les années qui passent.

Cette année, il a joué deux rôles majeurs. Son interprétation du mad scientist Okabe Rintarou était d’une justesse rare. Jamais dans le surjeu, on ressentait tous les tourments que traversait le personnage, le rendant presque insupportable. Tout en gardant une certaine part de légèreté à certains moments.

Et dans un registre opposé, il joue un Tatsumi Kotarou hilarant. En cabotinant à mort, il se déchire la gorge à chaque scène. Ce qui le rendait ridicule et marrant. Mais en possédant un côté plus calme et sérieux, où Miyano va plus poser sa voix charismatique. Le personnage devient crédible en restant giga drôle.

Et puis surtout… PREMIER SEIYUU A FAIRE DU BEATBOX DANS UN ANIME, QUOI.

Le reste du classement

2/ Tano Asami

3/ Ishikawa Yui

4/ Yoshimisa Hosoya

5/ Owada Asami

Personnage masculin qui mérite des patates : Fudo Akira (Devilman Crybaby)

 

Bordel qu’il a été insupportable ! Oui, je le dis : je n’ai pas aimé le reboot de Maasaki Yuasa et Akira a gâché mon visionnage. Parce que c’est le mec gentil. Mais pas le gentil compatissant, mais le gentil RELOU.

C’est dans l’ADN du personnage, mais il pleure tout le temps, et ce n’est pas une bonne chose. Parce que certes, ça renforce le côté aimant du personnage. Celui qui croit en l’humanité envers et contre tout, qui refuse que l’humanité puisse sombrer.

Sur le papier, Akira devient le témoin d’une humanité en perdition où il reste le seul humain, alors que c’est un démon. Une vision tragique qui l’insupporte.

Mais dans les faits, les larmes qu’ils versent deviennent imperméables. À force de pleurer pour tout et n’importe quoi, les scènes tragiques perdent leur impact, car les pleurs restent des symboles forts et mémorables. Du coup, quand la mort de ses proches ravage Akira, rien à s’opère. Un simple AH.

Les caractères d’Akira n’ont pas aidé. Car d’un côté, le Akira tout gentil est une tête à claques. Nul en tout et aucun charisme, il se contente de suivre son ami Ryo comme un chien. Et de l’autre, le Akira trop dark n’impressionne en rien. C’est un bourrin, accro à la bouffe et au sexe ? D’accord et j’en ai retenu que ça (et pourtant, j’ai essayé de ne pas limiter à ça).

Akira a douché les grands espoirs que j’avais en DC, mais bon, je me suis contenté de la violence et de contenu sexuel.        

Le reste du classement

2/ Ogata Hyakunosuke (Golden Kamuy)

3/ Nishikata (Karakai Jôzu Takagi-san)

4/ Kase Ryousuke (Koi wa Ameagari no You ni)

5/ Fujimaki (Megalo Box)

Personnage féminin qui mérite des chassés : Ichigo (Darling in the FranXX)

 

TEAM ZERO TWO! Et ça aurait pu en rester à cette guerre de waifus avec Ichigo. Parce qu’elle restait un personnage assez sympathique. Leader, posée et déterminée, je comprends pourquoi il a pu ravir certaines personnes. Mais CE FAMEUX ÉPISODE 14 est arrivé.

Je veux bien admettre que ses actions soient légitimes. Après tout, en tant que leader, elle doit penser au groupe et décider selon eux. Comme le fait de tenir à distance Zero Two de Hiro, parce qu’elle a failli le tuer quand même !

Mais ce qui est gênant, c’est qu’on sait qu’elle est amoureuse de Hiro. Par conséquent, cet éloignement au nom du groupe, est-ce que ça ne serait pas pour sa gueule ? Si vous avez vu l’anime, vous savez qu’Ichigo n’a jamais pu blairer Zero Two et à profiter de l’occasion pour la virer du groupe. Ce qu’elle fera avec succès. Et une fois débarrassée d’elle, elle embrasse Hiro et lui avoue ses sentiments. Le tout devant Goro, son partenaire de combat qui avait des sentiments pour elle.

En passant pour une opportuniste hypocrite, Ichigo s’est attiré les foudres des fans. La jeune fille aux cheveux bleus s’est attaquée à Zero Two, à un moment où elle était intouchable. Dans l’histoire, cet événement se déroule après qu’Hiro retrouve ses souvenirs dans un flashback émouvant. Et puis, Zero Two portait à elle seule le scénario de l’anime en apportant les éléments de réponses. Chose que les autres n’ont jamais fait.

 Déso pas déso, Ichigo a merdé et elle mérite son prix de pire personnage féminin.

Le reste du classement

2/ Mizusawa Matsuri (Citrus)

3/ Moeta “Kaos” Kaoruko (Comic Girls)

4/ Kamisato Saki (Bunny Girl Senpai)

5/ Hina (Hinamatsuri)

Anime le plus décevant : Darling in the FranXX

 

darling in the franxx strelizia apus

Quitte à parler de Darling in the FranXX, continuons ! J’en ai déjà parlé de ma longue critique, par conséquent, je ferai court (et je vous invite à lire la suite pour les intéressés).

Darling in the the FranXX a fait, ce que j’appelle, une SAO. C’est-à-dire une première partie agréable et une seconde partie lamentable.

Pendant les 15 premiers épisodes, j’étais plutôt optimiste. Les personnages possédaient un côté attachant avec un certain développement. Le tout dans des épisodes qui se regardaient facilement : c’était drôle, les combats bien punchy. Et surtout la relation entre Hiro et Zero Two, qui portait l’anime à eux seuls. Sans compter que Darling a tenté d’aborder des thèmes comme l’adolescence et la sexualité.

Franchement, ça se laissait regarder malgré le fanservice dégoulinant et le manque criant de scénario. Mais venant du studio Trigger, on a fini par s’y habituer. Kill la Kill reste le meilleur exemple de ça.

PUIS l’épisode 15 débarque. Et là, l’anime part dans tous les sens en expliquant son univers et ses antagonistes. Mais il se rate dans les grandes largeurs, car ça débarque de nulle part. Une chose que l’anime aurait dû faire dès le début, mais qui a trop tardé. Par conséquent, Darling bâcle et accélère l’intrigue dans les derniers épisodes. Les révélations pleuvent, mais on ne comprenait rien.

Sans parler de la fin, une véritable insulte de conformisme. Et c’est regrettable parce que Darling in the FranXX avait les moyens de réaliser une œuvre agréable sans être profond. Depuis, Trigger traîne sa méforme. Même si Gridman remonte le niveau, la grande époque semble si loin.    

Le reste du classement

2/ Devilman Crybaby

3/ Violet Evergarden

4/ Hataraku Saibou

5/ Citrus

Mention honorable: Dagashi Kashi S2

Meilleur personnage masculin : Tatsumi Kotarô (Zombieland Saga)

 

Je l’avais déjà abordé en parlant de Miyano Mamoru, mais Tatsumi Kotarou mérite tellement ce titre. Tout le long de l’anime, il est ridicule à en pleurer. Parce qu’il mélange un style classe avec le costume avec un gros retard. Rempli de bonnes (et de mauvaises) idées, il renouvelle le stock de blagues en permanence.

Son style grandiloquent participe au ridicule du personnage. Il crie en permanence, cabotine à mort et parle mal en permanence. À tel point que je me demande comment Miyano Mamoru a survécu aux enregistrements.

Malgré ce côté délirant, Tatsumi possède un côté plus posé, ce qui le rend ultra attachant. On sent que le gars connait son sujet. Comment promouvoir un groupe, fidéliser l’audience, les chorégraphies et les chansons: il maîtrise tout. Y compris le management, où il sait quand s’arrêter. Dans les moments de crise, il prouve son leadership avec des conseils avisés.

Un manager taré et charismatique, à quand Tatsumi dans Idolm@ster ? 

Le reste du classement

2/ Kondo Masami (Koi wa Ameagari no You ni)

3/ Nitta Yoshifumi (Hinamatsuri)

4/ Azusagawa Sakuta (Bunny Girl Senpai)

5/ All Might (My Hero Academia S3)

Meilleur personnage féminin  : Tamaki Mari (Yorimoi)

 

Si cela ne tenait qu’à moi, j’aurais mis tout le casting, tellement chaque fille brille à leur manière. Shirase, qui nous fait découvrir l’Antarctique. Hinata, avec sa bonne humeur permanente. Yuzuki et son envie de repousser ses limites. Mais le choix ne doit en retenir qu’une seule et ce sera Tamaki Mari (dite Kimari).

Tout simplement parce que je me suis reconnu en elle. Kimari vaut réaliser une grande chose, un truc dont elle se souviendra dans 40 ans. Petit problème: elle le veut, mais n’a pas le courage de se jeter à l’eau. Jusqu’à ce que Shirase et son projet fou débarquent sa vie et la change pour toujours. Malgré la peur, l’inconnu et l’incompréhension, elle va plonger dans l’aventure.

Kimari, c’est le mec qui veut monter sa boîte, faire le tour du monde, bâtir sa maison. Réaliser des grandes choses, quoi. Des gens qui se reconnaîtront en partie en Kimari.

Le reste du classement

2/ Shima Rin (Yuru Camp)

3/ Tachibana Akira (Koi wa Ameagari no You ni)

4/ Ashirpa (Golden Kamuy)

5/ Anzu (Hinamatsuri)

Mentions honorables: Nikaido Saki (Zombieland Saga), Koga Tomoe (Bunny Girl Senpai), Shinjou Akane (SSSS.Gridman), Plaquette (Hataraku Saibou), Olivia (Asobi Asobase)

Meilleure technique : Violet Evergarden

 

On l’attendait au tournant sur ce point: Violet Evergarden avait placé la barre très haute dès son trailer. Et force de croire que la promesse a été tenue.

L’anime regorge d’idées de mise en scène. Découpage, plan de caméra, lumière: tout est calculé pour transmettre l’émotion souhaitée et ça marche. On en prend plein la vue à chaque épisode. En regardant l’anime, on sent le savoir-faire de KyoAni, fabriquant de sakugas depuis 1988.

Le reste du classement

2/ Devilman Crybaby

3/ Shoujo Kageki Revue Starlight

4/ Megalo Box

5/ Pop Team Epic

Meilleur visuel : Koi wa Ameagari no You ni (Après la Pluie)

 

après la pluie akira eyes

Ne vous fiez pas au chara-design particulier des personnages. Parce que KoiAme, c’est un régal visuel. L’anime utilise beaucoup des plans serrés sur les regards d’Akira, l’héroïne principale. Et je suis devenu un fétichiste des yeux, tellement ils sont détaillés et expressifs. Rien qu’en les voyant, on devine les sentiments des personnages. Ce qui évite les traditionnelles tartines de monologues.

De plus, Après la Pluie renforce les moments importants avec des trames en arrière-plan. Ce qui donne une ambiance qui rend la scène à part. Après des bulles, des fleurs et des paillettes, KoiAme abuse de ça et je vous recommande chaudement l’anime.

Le reste du classement

2/ Violet Evergarden

3/ Shoujo Kageki Revue Starlight

4/ Yagate Kimi ni Naru

5/ Irozuku Sekai no Ashita kara

Meilleure comédie : Zombieland Saga

 

Bon, ça commence à être redondant, donc Tatsumi Kotarou, des filles attachantes et des super chansons. Et pour ceux qui en veulent plus, la critique complète.

Le reste du classement

2/ Asobi Asobase

3/ Wotakoi

4/ Gaikotsu Shotenin Honda-san

5/ Yuru Camp

Meilleur short : Gaikotsu Shotenin Honda-san

 

Un anime qui parle du quotidien d’un libraire et marche très bien. Le format court permet de vite enchaîner les épisodes, découpés en saynètes.

Chaque épisode aborde un aspect du métier de libraire : les stocks, les relations clients, les formations. Le tout avec un œil ludique avec des personnages reconnaissables et des clients bien spéciaux. Ce qui permet d’avoir un bon équilibre entre le fond et la forme. Pour un résultat des plus plaisants à regarder. 

Le reste du classement

2/ Pop Team Epic

3/ Emiya-kun Chi no Kyou no Gohan

Anime le plus sous-estimé : Golden Kamuy

 

Qui est un mélange entre Samurai Champloo et… Food Wars. On suit Fujimoto Saichi, ancien soldat qui recherche l’énorme trésor des ainus. Celui qui a caché cet or se trouve derrière les barreaux, mais il réussit à tatouer des indices sur le corps de ses camarades de prison. Anciens, car ils parviennent à s’y évader. Fujimoto part à l’aventure accompagné d’Ashirpa, une petite ainu voulant à venger les siens.

Pendant les deux saisons de Golden Kamuy, on va suivre le voyage de Fujimoto et Ashirpa, deux personnages très cools. Le premier se surnomme l’immortel à cause de son endurance hors du commun. Il incarne donc le badass de la série, toujours apte au combat et figure paternel d’Ashirpa.

Et de l’autre côté, la jeune fille nous montre la vie des ainus. Entre les traditions, la chasse et surtout la cuisine, c’est toute la culture de ce peuple autochtone qui s’expose dans la série. Une plongée intéressante, bien renseigné, quoique très explicite par moments (amis des animaux, ne regardez pas cette série). 

Le reste du casting se montre aussi de bonne facture. Shiraishi, ridicule, mais indispensable ; Tanigaki, le matagi errant ; Inkarmat, la médium. Alliés ou non, ils ne laissent pas indifférents.

Golden Kamuy, c’est 24 épisodes d’un voyage au cœur d’Hokkaido, île méconnue qui rengorgent de merveilles.

Le reste du classement

2/ Koi wa Ameagari no You ni

3/ Shoujo Kageki Revue Starlight

4/ SSSS.Gridman

5/ Yagate Kimi ni Naru

Coup de cœur et Meilleur anime : Yorimoi

 

J’ai écrit un long éloge sur cet anime l’année passée. Oui, ce n’est pas le beau visuellement, ni le plus original scénaristiquement, ni le plus poussé techniquement. Mais Yorimoi possède cette qualité, qui le rend exceptionnel.

C’est un anime INSPIRANT

Je pense que tous ceux qui ont des gros projets et qui ont regardé Yorimoi se sont reconnus dans les personnages. Au début, on est enthousiastes : rien ne peut nous arrêter. Puis les premières difficultés surviennent et on se met à douter. « Pourquoi je me suis jeté dedans ? », « Qu’est-ce je fous là ? » se demande-t-on.

Mais pas question de lâcher, surtout quand la machine est lancée. Et puis, un jour, on arrive au but. Tout comme ces filles en Antarctique, on admire la vue et dresse le bilan. Des rencontres, des moments inoubliables, du dépassement de soi, des leçons : voici ce qui jonche la vie de ses aventuriers des temps modernes. Avec qu’une seule envie : repartir vers de nouveaux horizons.

Yorimoi montre que peu importe le talent, les compétences ou la peur, tant que la passion et la persévérance perdurent, tout le monde peut atteindre son Antarctique. Et cette leçon vaut à tout mon amour et mon respect envers ces quatre filles.

Le reste du classement

2/ Koi wa Ameagari no You ni

3/ Zombieland Saga

4/ Yuru Camp

5/ Shoujo Kageki Revue Starlight

Mentions honorables : Megalo Box, Wotakoi, Hanebado, Bunny Senpai Girl, Golden Kamuy

Bannière par Synn032

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.